Catalogue du Musée de l'Académie de Brugès ...

Front Cover
Beyaert-Defoort, 1861 - Painting - 126 pages
0 Reviews
 

What people are saying - Write a review

We haven't found any reviews in the usual places.

Other editions - View all

Common terms and phrases

Popular passages

Page 83 - S'y étant établi à son départ de Bruges, il convola en secondes noces, dans notre Cathédrale (quartier nord), le 29 août 1673, avec Anne-Victoire Claus. La bénédiction nuptiale leur fut donnée en présence de Jonas Francot, licencié en médecine, et de Marc-Ignace Claus. Van Minderhout eut cinq enfants de ce mariage ; les trois premiers furent tenus sur les fonts baptismaux de St-Georges , les autres sur ceux de la Cathédrale (quartier nord), i' Marie-Florence, le 16 juin 1674, 2' Antoine,...
Page 17 - XXX1V, completum anno 1436. Sur le bord supérieur, Hœc est speciosior sole, super omnem stellarum dispositionem luci comparata invenitur prior, candor est enim lucis œternœ , speculum sine macula Dei majestatis. A droite, Solo partu nonus fratrum : mersus, vivus redditur : renatus, archiepiscopus primus Remis constituitur , qui nunc Deo fruitur. Voici la légende que cette inscription rappelle : La mère de S. Donatien, qui se nommait Licinia, ayant mis au monde sept enfants à la fois, son mari...
Page 12 - Eecke, lille de Jehan Van der Eecke, jadis painctre, varlet de chambre de MdS. » Le duc lui donne une dot de 24 francs « pour soy aidier à (se) mettre religieuse en l'église » et monestère de Mazeck ou pays de Liège. » Cette circonstance semble plaider en faveur de l'opinion qui considère Maeseyck comme le berceau de Van Eyck. On ne possède de Jean Van Eyck aucun tableau authentique antérieur à 1420.
Page 14 - De la main droite il tient des besicles, et de la gauche un livre à demi ouvert muni de son fourreau en peau de chamois. Derrière lui son patron, S. George, debout, richement armé de toutes pièces; sur le devant du hausse-col se trouve le mot Adonai. Il soulève son casque de la main droite et laisse reposer dans le bras gauche son pennon traditionnel à la croix de gueules sur champ d'argent. Dans les montants du trône de la Vierge il ya deux niches qui contiennent des statuettes d'Adam et...
Page 83 - Van Minderhout suivit la carrière paternelle. Devenu veuf à la fleur de l'âge, il parcourut l'Empire et finit par aller s'établir en Moravie , où il mourut le 31 mai 1752. Il avait été l'époux de...
Page 46 - Sur le milieu du char, se constituant le personnage principal de l'action, une figure de femme ailée assise sur une chaise à bras, ceinte d'une couronne de feuilles d'olivier, tenant une branche de cet arbre de la main gauche et donnant la bénédiction de la droite; au dessus d'elle, soutenu sur deux piliers, un écu aux armes de Philippe II, (i) timbré d'une couronne et entouré du collier de l'ordre de la Toison d'or et de feuilles d'olivier : au dessus plane la sainte colombe entourée d'une...
Page 82 - Minderhout, qui suit. HENRY VAN MINDERHOUT (1632-1696). Ce bon peintre de marines était fils de Jean et naquit à Rotterdam, en 1632, d'après ses propres annotations qui ont été en la possession de Jacques Van der Sanden, secrétaire de l'ancienne Académie.
Page 83 - Antoine, le 26 Septembre 1675. M. de Laet nous apprend , et le fait est vrai , qu'Antoine fut admis dans la confrérie de S. Luc, comme fils de maître, en 1687, sous le décanat de Gérard Donck; il n'avait que douze ans, à cette époque; 3° Agnès, le 20 Septembre 1677; 4° Guillaume Augustin, le 29 Août 1680, parrain, Guillaume Malderus, prêtre de la Cathédrale, marraine, Luce Claus.
Page 61 - ... milieu du panneau central, qui seul était de « David Gérard et seul se trouve au musée de Rouen, « sur un siège en métal, recouvert d'une draperie rouge « qui se prolonge sous ses pieds, est assise la Sainte« Vierge, vue de face, vêtue d'une robe et d'un manteau « de drap bleu-sombre ; la robe, large et flottante, sans « ceinture, est doublée de fourrure grise et échancrée au « col, laissant voir une chemisette en toile blanche. Elle « porte une riche couronne, ornée de perles,...
Page 32 - ... ans entiers sous le harnais du monde, le 4 Mars goûta l'amertume de la mort, quand on écrivait 1560 (vs); il a pris les devants , nous devons tous suivre; tout ce qui a reçu la vie doit certes mourir une fois. Dieu éclaire son âme dans le Christ; qu'elle puisse ressusciter pour son salut, délivrée de tonte peine).

Bibliographic information