Description de la Franche-Comté

Front Cover
Gauthier frères, 1863 - History - 144 pages
0 Reviews
 

What people are saying - Write a review

We haven't found any reviews in the usual places.

Contents

Other editions - View all

Common terms and phrases

Popular passages

Page 49 - S'-Claude font un négoce qui n'est pas de peu d'importance, avec le buis et d'autres racines dont ils fabriquent des cuillers, des flûtes, des trompettes, des chapelets, des trompes, et d'autres objets qui s'exportent dans le monde entier, n (Description de la franche-Comté, par Gilbert COUSIN, de Nozeroy [année 1550], traduite par Achille CHEBEAU.
Page xxxvii - No» zeroy, dont les livres ont été mis à l'Index parmi les » livres prohibés considérés comme tels par le sacré » synode de Trente, désapprouvés et condamnés dans » l'Assemblée tenue par nos chers fils les Cardinaux » inquisiteurs, lequel, cependant, nous dit-on, tient » école dans cette ville, et se consacre à l'éducation » et à l'instruction des enfants. En vérité, nul ne voit » le danger, nul ne sait toutes les conséquences mal» heureuses et pernicieuses que peuvent...
Page 2 - Aussonne avoit peu de gens, etestoient les chefs accordez avec ledit seigneur de Chaulmont, gouverneur; et ainsi, au bout de cinq ou six jours , fut la place rendue. Ainsi ne resta plus rien à prendre en Bourgogne que trois ou quatre chasteaux-rochers , comme...
Page 25 - Tous ceux qui l'ont connu attesteront qu'il fut hospitalier envers les étrangers , et que personne ne fit jamais en vain appel à son humanité. Telle fut la fidélité qu'il montra envers ses princes, que ceux-ci le nommèrent magistrat dans sa patrie, fonction qu'il remplit avec tant de louanges, qu'il mérita le nom de bon citoyen et d'ami de son pays. On ne parle pas de sa piété, de l'intégrité de ses mœurs, et de sa frugalité, qui sont connues de tout le monde...
Page viii - ... les grands écrivains de l'antiquité, les docteurs de l'Eglise et les saints Pères, parlant et écrivant avec grâce les langues de Tacite et d'Homère, propageant dans sa patrie qu'il aimait tant, et avec un zèle infatigable, l'amour des lettres et des bonnes études, employant sa vie entière à commenter, à traduire les auteurs anciens, à corriger les textes viciés par l'ignorance des copistes, livrant à l'impression quelque chose comme cent ouvrages, c'est-à-dire une véritable encyclopédie,...
Page 17 - Au xvi" siècle, Nozeroy était une importante cité : « à l'extrémité de la ville, vers le midi, c'est-àdire dans le point principal, s'élève le château du prince, grand et superbe édifice de forme carrée, construit en pierres ajustées avec un art infini, entouré d'un mur qui le ceint lui et la ville » (1). Les travaux de M. Ulysse Robert sur Philibert de...
Page xxix - Marc Hopper (1) nous dit de lui : « Cet homme illustre a touché à presque toutes les parties ds l'encyclopédie. Il donne, s'il est besoin, de bons conseils aux malades; il aide de ses avis prudents ceux qui ont des procès sur les bras ; il console pieusement les consciences affligées; il explique les mystères de l'Ecriture Sainte. Il est enfin habile dans les trois facultés...
Page 10 - II, l'un des plus habiles politiques du 16e siècle, né en 1517, fut nommé évéque d'Arras à 23 ans, et accompagna son père aux diètes de Worms et de Ratisbonne, ainsi qu'au concile de Trente (1545). A 32 ans il succéda à son père dans la charge de conseiller-d'état, et reçut les sceaux de l'empire. Les actes les plus importants de son administration sont les conclusions du traité de Passau et de celui de Cateau-Cambrésis en 1559.
Page xxxvii - le danger, nul ne sait toutes les conséquences mal» heureuses et pernicieuses que peuvent produire les » opinions perverses et hérétiques de cet homme perdu » à tout jamais. Vous le comprendrez aisément, vous, » dans votre prévoyance pour tout ce qui regarde le » culte de la religion. C'est pourquoi, en vertu des » fonctions pastorales qui nous sont confiées, Nous » devons vous exhorter paternellement, et vous enga...
Page xxvii - ... toujours et cherche à hâter la solution du procès qui le prive de son cher Cousin : « J'ai un grand besoin de Gilbert Cousin, écrit-il à François Bonvalot' qui par son commerce avec moi pendant plusieurs années connaît tous mes besoins. Mais j'apprends qu'il est embarrassé dans je ne sais quel procès, dont il pourra avec votre aide se tirer aisément. Il se soumettra à telles conditions que ce soit, pourvu qu'elles frôlent un peu l'équité. Monseigneur Pierre Richardot lui viendrait...

Bibliographic information