Revue d'Alsace, Volume 1; Volume 6

Front Cover
Fédération des sociétés d'histoire et d'archéologie d'Alsace., 1855 - Alsace (France)
 

What people are saying - Write a review

We haven't found any reviews in the usual places.

Other editions - View all

Common terms and phrases

Popular passages

Page 314 - Dieu sache que , de concert avec nos fidèles, nous avons jugé utile que, dans les épiscopats et dans les monastères confiés, par la faveur du Christ, à notre gouvernement, on prît soin non seulement de vivre régulièrement et selon notre sainte religion, mais encore d'instruire dans la science des lettres, et selon la capacité de chacun, ceux qui peuvent apprendre avec l'aide de Dieu... Car, quoiqu'il soit mieux de bien faire que de savoir, il faut savoir avant de faire... Or, plusieurs...
Page 314 - ... nous avons remarqué que, dans la plupart de ces écrits, les «sentiments étaient bons et les paroles grossièrement incultes...
Page 207 - ... me mena, le lendemain jeudi saint , dîner à Amberg , où je demeurai le vendredi , samedi et dimanche de Pâques pour quelques affaires que j'y avois, et en partis le lendemain de Pâques, et m'en revins en trois jours à Strasbourg dîner , et coucher à Saverne. Je me mis à table pour souper avant que d'aller voir les chanoines au château; mais comme je commençois ils arrivèrent pour me prendre , et me mener loger au château.
Page 256 - autres Lombards, dit-il, de même que les Saxons, les Francs, les » Lorrains, les Bavarois, les Souabes et les Bourguignons, nous » méprisons si fort le nom romain, que, dans notre colère, nous » ne savons pas offenser nos ennemis par une plus forte injure, » qu'en les appelant des Romains; car, par ce nom seul, nous » comprenons tout ce qu'il ya d'ignoble, de timide, d'avare, de » luxurieux, de mensonger, tous les vices enfin (2).
Page 314 - Ayante cœur que l'état de nos églises s'améliore de plus en plus, et voulant relever par un soin assidu la culture des lettres , qui a presque entièrement péri par l'inertie de nos ancêtres, nous excitons, par notre exemple même , à l'étude des arts libéraux , tous ceux...
Page 315 - Écritures , des allégories , des figures et autres choses semblables , celui-là les comprendra plus facilement, et dans leur vrai sens spirituel , qui sera bien instruit dans la science des lettres. Qu'on choisisse donc pour cette œuvre des hommes qui aient la volonté et la possibilité d'apprendre et. l'art d'instruire les autres.... Ne manque pas , si tu veux obtenir notre faveur, d'envoyer un exemplaire de cette lettre à tous les évêques...
Page 314 - Que votre dévotion agréable à Dieu sache que , de concert avec nos fidèles, nous avons jugé utile que, dans les épiscopats et dans les monastères confiés, par la faveur du Christ, à notre gouvernement, on prît soin...
Page 276 - Gaules. Ceux qu'elle attaquait étaient pris d'une forte fièvre avec des vomissements, d'une douleur excessive dans les reins, et de pesanteur de tête; puis survenaient des pustules. Des ventouses appliquées aux épaules ou aux cuisses, procurant l'écoulement d'une grande quantité...
Page 315 - Écritures ne fût beaucoup moindre qu'elle ne devait être... Nous vous exhortons non-seulement à ne pas négliger l'étude des lettres, mais à travailler, d'un cœur humble et agréable à Dieu, pour être en état de pénétrer facilement et sûrement les mystères des saintes Écritures. Or...
Page 118 - Pénétrons-nous bien de cette pensée, que l'art est aussi à lui-même une sorte de religion. Dieu se manifeste à nous par l'idée du vrai, par l'idée du bien, par l'idée du beau. Ces trois idées sont égales entre elles et filles légitimes du même père. Chacune d'elles mène à Dieu parce qu'elle en vient. La vraie beauté est la beauté idéale, et la beauté idéale est un reflet de l'infini.

Bibliographic information