Antiquités religieuses du diocèse de Soissons et Laon, Volume 2

Front Cover
1859
0 Reviews
 

What people are saying - Write a review

We haven't found any reviews in the usual places.

Other editions - View all

Common terms and phrases

Popular passages

Page 293 - L'aquilon de minuit se mêle à sa prière, Et le cloître attentif en redit les accents. A ces restes sacrés, à ces murs vieillissants, Quel pouvoir inconnu malgré moi m'intéresse ? C'est la religion ; oui, cette enchanteresse Se plaît à nous unir d'un nœud mystérieux A tous les monuments consacrés par les cieux.
Page 293 - Des chrétiens et du monde à l'envi révéré, Croix modeste, quel est ton ineffable empire ? Tes muettes leçons aux mortels semblent dire : « Un Dieu périt pour vous ; n'oubliez point ses lois.
Page 40 - ... toutes les fonctions du sacerdoce. Ce qu'ils avaient de commun avec les chanoines séculiers, c'est qu'ils étaient principalement destinés au chœur, c'est-à-dire à la célébration solennelle de l'office divin dans l'église à laquelle ils étaient attachés, et qu'ils avaient un droit perpétuel de vivre des revenus de cette église.
Page 188 - Elle est la fleur, elle est la rose En cui habite, en cui repose Et jour et nuit sainz Esperiz.
Page 41 - Comme ceux-ci, ils pratiquaient la pauvreté personnelle et l'obéissance; ils observaient à peu près les mêmes jeûnes, les mêmes abstinences, les mêmes veilles : mais le point le plus saillant par lequel ils différaient des moines, c'est qu'ils pouvaient...
Page 284 - Interroguée premièrement quelle fut la cause pourquoi elle saillit de la tour de Beaurevoir. Respond : qu'elle ouït dire que ceux de Compieigne, tous, jusques à l'aage de sept ans doibvent estre mis à feu et à sang, et qu'elle aimoit mieux mourir que vivre apprès une telle destruction de bonnes gens; et fut l'une des causes ; l'autre , qu'elle sceut qu'elle estoit vendue aux Anglois, et eust eu plus cher mourir que d'estreen la main des Anglois ses adversaires.
Page 67 - Soissons, qui ne se contentèrent pas de prendre l'habit religieux, mais dont l'un, nommé Guyard, donna sa maison pour être convertie en monastère, et l'autre , appelé Jacques, donna un bien qu'il possédait à Pasly, en même temps qu'Hélon, seigneur de Pasly, déclarait renoncer aux droits que son titre lui donnait sur ce bien.
Page 235 - Jeanne, fille de Blanche, et le roi Philippe le Bel, son époux; les rois de Navarre et les comtes de Lancastre. Si elle ne put échapper aux désastres des guerres du xve siècle, elle se releva dans la suite, et subsista jusqu'à la Révolution.
Page 71 - Soissons complétèrent cette première donation par beaucoup d'autres, et ils unirent à l'abbaye naissante les six prébendes d'un chapitre de chanoines séculiers qui desservaient la chapelle de leur château, placée sous l'invocation de saint Prince, ancien évêque de Soissons.
Page 44 - On assure que par une bénédiction constante, qui se perpétua aussi longtemps que si vie, ses greniers se remplissaient à mesure qu'il les vidait par ses aumônes; et que dans un temps 'de grande stérilité, il obtint par ses prières la maturité anticipée de la moisson, afin de pouvoi: subvenir plus promptement aux calamités de ses voisins1.

Bibliographic information