Œuvres complètes, Volume 5

Front Cover
J. B. Baillière, 1846 - Medicine, Greek and Roman
0 Reviews
 

What people are saying - Write a review

We haven't found any reviews in the usual places.

Other editions - View all

Common terms and phrases

Popular passages

Page 48 - ... longues et douloureuses; carnosités aux paupières, en dedans et en dehors, qui firent perdre la vue à beaucoup de personnes, et que l'on nomme des fies. Les autres plaies et les parties génitales étaient aussi le siège de beaucoup de fongosités. Dans l'été, on vit un grand nombre d'anthrax et d'autres affections qu'on appelle septiques; des éruptions pustuleuses étendues ; chez beaucoup de grandes éruptions vésiculeuses . 8.
Page 49 - Bassus ; le premier, par l'ignorance des médecins, qui pratiquèrent des incisions, le second s'étant fait lui-même une opération au pouce gauche avec une aiguille , plaie si petite qu'on pouvait à peine l'apercevoir. Le charbon naît dans les parties les plus cachées du corps et communément sous la langue , il prend la forme d'un bouton dur et rouge , mais dont le sommet est noirâtre...
Page 95 - Il y en eut quelques-uns chez qui les vaisseaux (artères] des tempes, de la tête et du cou battaient. Dans les cas qui devenaient très-graves , les tempes étaient chaudes, quand, du reste, il n'y avait pas de fièvre. La plupart n'éprouvaient aucune suffocation, à moins qu'ils n'entreprissent d'avaler soit leur salive, soit toute autre chose. Les yeux n'étaient pas enfoncés non plus. Quand le déplacement des vertèbres était direct et sans inclinaison latérale, les malades ne devenaient...
Page 295 - Faire le résumé du mode de production, du point de départ, de discours multipliés et d'explorations minutieuses et reconnaître les concordances des symptômes entre eux, puis derechef les discordances entre ces concordances, enfin les nouvelles concordances dans ces discordances jusqu'à ce que...
Page 29 - Coaque 379); de même les urines, les selles et les sueurs indiquent, par la manière dont elles surviennent, les maladies de solution difficile ou facile, de courte ou de longue durée (Ép.
Page 445 - Polémaque, ayant une affection arthritique, éprouva une douleur subite de la hanche, les règles n'étant pas venues; ayant bu de l'eau de bettes, elle fut sans voix toute la nuit jusqu'au milieu du jour ; elle entendait, comprenait, elle indiquait avec la main que la douleur était à la hanche2 ». La plupart des traités classiques citent l'histoire du fils de Crésus racontée par Hérodote.
Page 619 - ... de la décomposition de la face : yeux caves , nez effilé, tempes affaissées , oreilles froides et contractées, peau dure, couleur jaune ou noire ; si en outre les paupières , ou les lèvres ou le nez deviennent livides, cela est promptement mortel (Pronost., t. II, p. 113, §2). 210. La bonne coloration du visage et un air farouche, dans une maladie aiguë, sont mauvais ( Prorrh. 49) , en ce cas , la contraction du front est signe de phrénitia.
Page 49 - Rome 590 ), que parut pour la première fois en Italie le charbon (2), maladie particulière à la province Narbonnaise. Il est mort de cette affection, dans la même année, et pendant que nous écrivions ceci , deux personnages consulaires, Julius Rufuset Q.
Page 237 - Pour les douleurs des lombes, des jambes, des hanches, qui résultent de fatigues, faire des affusions chaudes avec l'eau de mer et le vinaigre , et , mouillant des éponges , faire des fomentations.
Page 311 - La nature est le médecin des maladies. La nature trouve pour elle-même les voies et moyens, non par intelligence ; tels sont le clignement, les offices que la langue accomplit, et les autres actions de ce genre ; la nature, sans instruction et sans savoir, fait ce qui convient. Larmes, humidité des narines, éternuments, cérumen, salive, expectoration, inspiration, expiration, bâillement, toux, hoquet, toutes choses qui ne sont pas toujours de la même nature (Ëp.

Bibliographic information