Annales de la propagation de la foi, Volume 38

Front Cover
1866
0 Reviews
 

What people are saying - Write a review

We haven't found any reviews in the usual places.

Other editions - View all

Common terms and phrases

Popular passages

Page 23 - IV pium : là est la cause première dés vols, des brigandages, des excès de tout genre qui ont rendu le nom khakhien si tristement fameux. « Habitués à une vie turbulente , les Khakhiens marchent toujours armés. Les armes dont ils se servent sont le coutelas , la lance et le fusil à mèche. Ils les fabriquent eux - mêmes , à l'exception des canons de fusil , qu'ils se procurent chez les Shans. Avec ces mauvais fusils ils tirent fort juste , et tuent les animaux sauvages de la plus grande...
Page 230 - Sogno, qui se dit aujourd'hui principauté souveraine, est de ce nombre. Depuis longtemps les enfants n'y sont point baptisés et les adultes sont privés des sacrements et de tous les secours de la Religion. Ces pauvres peuples néanmoins restent attachés au Christianisme et ils en font profession publique. Ils conservent le souvenir de la plupart de nos mystères et des commandements de Dieu, qu'ils apprennent soigneusement à leurs enfants. Ils ont horreur de l'idolâtrie. N'ayant point de pasteurs...
Page 21 - A cette croyance se rattache la coutume observée chez ce peuple , de mettre dans la bouche et clans les mains des défunts quelques pièces d'argent destinées à pourvoir aux besoins du voyage qui suit la mort. « Nominalement soumis aux Birmans , dont ils habitent le territoire , les Khakhiens forment en réalité un Etat indépendant. L'action du pouvoir est si faible à cette distance, que le Khakhien fait impunément ce qu'il veut. Ainsi il peut descendre dans les plaines , piller , massacrer...
Page 230 - N'ayant point de pasteurs qui les dirigent , ils tâchent de se conduire eux-mêmes .de leur mieux : ils s'assemblent régulièrement les dimanches pour chanter des hymnes et des cantiques en l'honneur du vrai Dieu. Quelquefois le chef ou l'un des plus anciens du village fait une exhortation au peuple , pour l'engager à vivre chrétiennement et de manière à mériter que Dieu leur envoie des pasteurs et des guides éclairés dans les voies du salut. Généralement parlant, la foi de ce bon -peuple...
Page 23 - Khakhieus marchent toujours armés. Les armes dont ils se servent sont le coutelas, la lance et le fusil à mèche. Ils les fabriquent eux- mêmes , à l'exception des canons de fusil , qu'ils se procurent chez les Shans. Avec ces mauvais fusils ils tirent fort juste , et tuent les animaux sauvages de la plus grande espèce ; leur poudre est d'un grain grossier et de couleur cendrée. Le Khakhien ne se sépare jamais de son coutelas : pour lui , le coutelas forme comme la partie essentielle de l'habillement...
Page 25 - Des qu'un projet de mariage a été négocié entre les parents des deux parties par un ami commun , le jeune homme doit envoyer, selon ses moyens , des présents considérables aux parents de la jeune fille : ce sont des bœufs , des porcs , des armes et même de l'argent ; puis des habits et des ornements pour sa fiancée. Au jour fixé pour le mariage, la jeune fille, accompagnée de son père et de sa mère, vient à la maison des parents du jeune homme. Il ya grand festin-, les anciens de la...
Page 24 - La lame du coutelas , longue de cinquante à soixante centimètre? , va s'épaississant et s'élargissant de la poignée à l'autre extrémité , ce qui rend très-dangereux les coups portés avec cette arme. « Les maisons des Khakhiens sont élevées d'un mètre au-dessus du sol, et faites de bambou : elles reposent sur de petites colonnes , et le toit descend jusqu'au niveau du sol. L'espace compris sous l'inclinaison du toit sert à plusieurs...
Page 427 - A la faveur de l'habit de deuil, qui couvre des pieds à la tète sans laisser voir le visage, écrivait le prélat , j'entre en plein jour dans la capitale du royaume, dans cette ville d'où sont sorties tant de sentences de mort contre les missionnaires et les chrétiens , et où tant de fois les persécuteurs ont été vaincus par la constance des martyrs (2)!
Page 214 - ... seul homme pourrait arrêter une armée. Aussi est-il inouï que les impériaux se soient jamais avisés de tenter l'escalade. Au sommet , les maisons sont groupées en village. Tous les greniers et toutes les écuries sont là. Ce qui rend ce fort imprenable entre tous les autres , c'est qu'il existe une belle et bonne source à quelques mètres seulement au-dessous du plateau supérieur. Ainsi, même en cas de blocus, l'eau ne manquerait pas. « Les maisons des Tchoung-Kia-Tsé sont généralement...

Bibliographic information