Histoire naturelle de Pline, Volume 8

Front Cover
C. L. F. Panckoucke, 1830 - Natural history
0 Reviews
 

What people are saying - Write a review

We haven't found any reviews in the usual places.

Selected pages

Other editions - View all

Common terms and phrases

Popular passages

Page 297 - Les arbres demeurent toujours consacrés chacun à une divinité particulière : le chêne à Jupiter, le laurier à Apollon , l'olivier à Minerve, le myrte à Vénus, le peuplier à Hercule.
Page 292 - Lille, et qui avoit non seulement le cerveau hors du crâne et comme porté par une espèce de pédicule , mais les viscères de la poitrine et de l'abdomen en grande partie hors de leurs cavités , on retrouvoit cependant les os du crâne sous le cerveau qu'ils auroient dû couvrir, et les os de la. poitrine seulement écartés les uns des autres ; mais ces déplacements du cerveau , du...
Page 5 - Quapropter, quaeso, ne nostra legentes , quoniam ex his spernunt multa , etiam relata fastidio damnent, quum in contemplatione naturœ nihil possit videri supervacuum. peine à ses desseins ; mais pour façonner ces êtres si petits, que d'intelligence! quelle puissance, quelle inconcevable perfection ! où la nature at-elle placé tant de sens dans le cousin ? et bien d'autres sont plus petits encore. Mais enfin , dans cet insecte , où at-elle placé l'organe de la vue ? où at-elle fixé le goût...
Page 258 - Taupe se servait de ses yeux , puisqu'elle se tournait pour éviter les obstacles que l'on plaçait sur sa route. Mais si la Taupe voit, comment se fait-il qu'elle n'ait pas de nerf optique? M. Serres avait pensé que ce nerf était chez elle suppléé par un rameau supérieur de la cinquième paire , celui que l'on peut regarder comme l'analogue de la branche ophtalmique de Willis. Suivant M. Geoffroy-Saint-Hilaire , ce. transport de fonction, sur un nerf qui naturellement n'est pas destiné à...
Page 290 - Serre à ce résultat général, que les monstruosités semblables coïncident toujours avec des dispositions semblables du système sanguin. Ainsi les acéphales complets sont privés de cœur ; les anencéphales de carotides internes ; ceux qui n'ont pas d'extrémités postérieures n'ont pas d'artères fémorales ; et ceux qui manquent d'extrémités antérieures manquent aussi d'artères axillaires ; il ya une double artère descendante dans les monstres doubles par en bas, et une double aorte...
Page 83 - ... grand exemple de ce que peut en toute chose la continuité du plus petit effort! De tous les êtres vivans, elles seules, avec l'homme, ensevelissent leurs morts. Il n'ya point en Sicile de fourmis ailées. 3i. Les cornes d'une fourmi de l'Inde, attachées dans le temple d'Hercule à Ërythres, ont été une merveille.
Page 237 - Il est composé intérieurement de deux glandes jaunâtres, trèsadhérentes à la substance cornée , et se prolongeant par un canal jusqu'à l'extrémité de l'aiguillon , élargi vers sa base en une sorte de réservoir pour l'humeur sécrétée par les glandes. Elles sont composées d'une infinité de glandules arrondies , très-serrées les unes contre les autres , et communiquant ensemble.
Page 291 - ... de laquelle passent leurs troncs. D'autres monstruosités ont donné à M. Geoffroy les mêmes preuves que l'organisation fondamentale se conserve toujours au milieu des anomalies: ainsi dans les becs de lièvre il ne s'agit que d'une solution des articulations, soit des os intermaxillaires entre eux quand le bec de lièvre est simple, soit de ces os avec les maxillaires quand il est double. Dans ce que l'on nomme...
Page 289 - ... l'organisation étudiée dans ses actes irréguliers. La nature , comme surprise dans des momens d'hésitation et d'impuissance , peut nous dévoiler quelques-uns de ses secrets. Le principe de l'unité de composition organique, entre les mains de M. Geoffroy, reçoit un nouveau lustre de l'étude anatomique des monstruosités. Suivant lui, toutes les formes diverses, sous lesquelles se manifeste l'organisation, sortent d'un même type. Loin de regarder les monstres comme des exceptions aux lois...
Page 161 - ... avorté (ejecticia] sont détestables. Les anciens les désignaient sous le nom d'abdomen. Ils attendaient que les tétines fussent desséchées , et n'étaient pas dans l'usage de tuer des truies prêtes à mettre bas. Animaux pourvus de graisse; animaux qui n'en ont pas. LXXXV. Les animaux à corne, qui ont des dents à une seule mâchoire et des osselets aux pieds, ont du suif. Les bisulces , les fîssipèdes et ceux qui n'ont point de cornes ont de la graisse. Elle est compacte , cassante...

Bibliographic information