L'évolution du roman franc̜ais aux environs de 1150

Front Cover
E. Bouillon, 1903 - French fiction - 67 pages
 

What people are saying - Write a review

We haven't found any reviews in the usual places.

Selected pages

Other editions - View all

Common terms and phrases

Popular passages

Page 55 - Énéas, est peut-être la plus mémorable, à cet égard, de tout le roman français; avec elle naît et se lève l'aube d'un art nouveau. Mais ce n'est qu'une aube, restée indécise, et la délicatesse de toucher, qui caractérise les psycbologies de Chrétien, est encore absente chez le traducteur de Virgile.
Page 40 - ... qui écrivit un peu plus tard que l'anonyme traducteur de Virgile, confesse que les sentiments d'exaltation chevaleresque se sont affaiblis autour de lui et il proteste avec énergie contre un relâchement si regrettable (1230, sq.). Ille est aimé de deux femmes, mais il ne peut en aimer qu'une : Qu'amours n'a chose en soi comune, Mais que largece et courtoisie, Franchise et gieu sanz vilonie : C'est d'amours fine le comanz Que om truist çou en touz amanz... (1). Amour, ajoute Gautier, n'a...
Page 43 - GRANZ est la conplainte Alixandre; Mes cele ne rest mie mandre, 875 Que la dameisele demainne. Tote nuit est an si grant painne, Qu'ele ne dort ne ne repose. Amors li a el cors anclose Une tançon et une rage, 880 Qui...
Page 42 - ... baaille (2). De même et dans des termes identiques, l'auteur de Cligès nous montre Soredamors en proie au mal d'aimer : Et se degete et si tressaut A po que li cuers ne li faut (3). (1) Vers 8279, sq. (2) Vers 8075-8077. Ces détails descriptifs (voyez p.
Page 64 - c'aurait été quelque chose » de subtil, de froid, de maniéré, de mondain, qui » n'aurait certainement ressemblé en rien au récit à la » fois naïf et cynique, effrontément joyeux et prolbndé» ment triste, passionné, barbare et presque sauvage.
Page 34 - Cligés, l'auteur se pose gravement celte question : Mais qu'a fait Cligès de son côté? Lui at-il simplement promis le sien? Et qu'il répond : Fi donc, ce n'est pas possible; deux cœurs ne peuvent se loger dans un corps : Ne dirai pas si con cil dient Qui a un cors deus cuers alïent, Qu'il n'est voirs, n'estre ne le sanhle (2).
Page 41 - Ille et Galeron. Dans Enéas, l'étrange mère de Lavinie donne à sa fille la première leçon d'amour ; et après lui avoir démontré que (1) Vers 3372-3376. (2) Vers 3396-3398. les souffrances qu'il cause n'ont qu'un temps, qu'elles sont suivies de moments délicieux (1), elle conclut : Encor s'en siut la granz dolçors, Ki tost saine les mais d'amors ; Senz erbe beivre et senz racine A chascun mal fait sa mecine (2). C'est-à-dire, qu'à peu près dans les mêmes termes* elle exprime la même...
Page 9 - L'invention abondante et pauvre des trouvères fait songer » à la basse littérature de nos jours, à cette masse de romans et de » drames manufacturés en hâte pour la consommation bourgeoise et » pour l'exportation. Depuis les formules du langage jusqu'au dessin » général de l'action, toutes les pièces d'une chanson de geste sont » jetées dans les mômes moules. Le défi du vassal rebelle, ou la » colère du vassal fidèle contre l'empereur ingrat, la princesse infi...
Page 44 - ... ha, dame, est ce ore avenant, que si de duel vos ocïez? por Deu, car vos an chastïez, 80 sel leissiez seviaus non de honte! a si haute dame ne monte, que duel si longuemant maintaingne. de vostre enor vos ressovaingne et de vostre grant jantillesce!
Page 64 - Tristan composé par le même auteur. C'aurait été quelque chose de subtil, de froid, de maniéré, de mondain, qui n'aurait certainement ressemblé en rien au récit à la fois naïf et cynique, effrontément joyeux et profondément triste, passionné, barbare et presque sauvage, que nous laissent entrevoir les rédactions de ce thème qui nous sont parvenues.

Bibliographic information