La satire des femmes dans la poésie lyrique française du moven age

Front Cover
V. Giard & E. Brière, 1900 - 128 pages
0 Reviews
 

What people are saying - Write a review

We haven't found any reviews in the usual places.

Common terms and phrases

Popular passages

Page 36 - Deus lieues loing deussiés estre ; Mais hui de jours ne venrés pas, Se vous n'aies plus que le pas. » Adont convient que tost se lieve ; Au sel s'en va que qu'il li grieve. Et sa femme...
Page 51 - Por resoufrir autretel paine; Mes quant fame a fol debonere Et ele a riens de lui afere, Ele li dist tant de bellues De trufes et de fanfelues Qu'ele li fet à force entendre Que li cieus sera demain cendre . Ainsi gaaigne la querele. Jel di por une damoisele Qui ert fame à un escuier, Ne sai Chartain ou Berruier.
Page 8 - Qu'il veille dusk'à mie nuit Pour sa femme à son gré servir. Et vers le jour quant veut dormir. Si li dist : « Or sus, bel ami, Souvent vous voi trop endormi. Foi que je doi au roi celestre, Deus lieues loing deùssiés estre ; Mais hui de jours ne venrés pas, Se vous n'alés plus que le pas.
Page 31 - Mès il se tint à mal bailli De ce que il a si failli Du tout en tout à la borgoise, Qui de ce fist moult que cortoise Qui s'en parti et atarja. Ainsi la dame s'en venja. Par cest fablel prover vous vueil Que cil fet folie et orgueil Qui fame engingnier s'entremet ; Quar qui fet à fame .1.
Page 85 - Qu'els requièrent, ce sachiez-vous. Et li mari si sont vilain Et de grant félonie plain, Si ne nous oson descouvrir Vers aus, ne noz besoins gehir, Quar por putains il nous tendraient, / Se noz besoins par nous savoient ; '•' Si ne puet estre en nule guise Que n'aions d'autrui le servise.
Page 33 - Despuis que il l'a délivrée De son mari qui tant ert lais, Bien cuide qu'ele n'ait jamais Anui nul jor qu'ele puist vivre, Quant de son mari est delivre. Durans qui son conte define, Dist c'onques Diex ne fist meschine C'on ne puist por denier avoir; Ne Diex ne fist si chier avoir, Tant soit bons ne de grant chierté, Qui voudroit dire vérité, Que por deniers ne soit éus.
Page 45 - Dieu, vassal, jel dis por vous gaber, « Cuidiés-vous dont qu'à certes le vos die? « Certes nenil; ne me vint en penser « Qu'onques nul jor je vos deignasse amer. « Que vos avés, par Dieu, meillor envie « D'un bel valet baisier et accoler '. » • —
Page 47 - Nus savum bien qu'il i afiert : Unques ne fu ne ja nen iert Ne n'avendrat celé aventure Qu'a une suie porteûre 40 Une femme deus enfanz eit, Si dui humme ne li unt feit.
Page 18 - C'est aussi voir comme evangile, Et n'est pas fable ; Mes je croi bien que le deable Les veut asseoir a sa table, Qui leur ensaingne Que n'i ait nule qui se faingne De porter de pechie 1'ensaingne Desus son chief. Hurte, belin, tout de rechief, and disfigures herself, and loves and values so much her flesh, is not much occupied with goodness within her heart. I would not believe, on any terms, even if she were my cousin, or my sister, but that she is a foolish woman. There...
Page 29 - Anieuse ert de mal porçuite Vers son seignor quanqu'ele pot; Quar quant il voloit char en pot , Dont li fesoit-ele rostir Et toute en la cendre honir, Por ce qu'il n'en péust gouster. Se vous me volez escouter, Je vous dirai bon helemot : Riens ne vaut se chascuns ne m'ot, Quar cil pert moult bien Tauleluye Qui par .1.

Bibliographic information