De l'état de la poésie françoise dans les XIIe et XIIIe siècles

Front Cover
 

What people are saying - Write a review

User Review - Flag as inappropriate

Langue d'Oil seulement ?
PV, 1/3/2009

Other editions - View all

Common terms and phrases

Popular passages

Page 86 - Li singes au marchant doit quatre deniers, se il » pour vendre le porte ; et se li singes est à home qui l'ait » acheté por son déduit, si est quites , et se li singes est au
Page 82 - Vie de Charles V, l'abbé de Choisy rapporte que pendant le dîner de la reine il y avoit un prud'homme qui faisoit des contes. Les rois et les grands vassaux avoient auprès d'eux des poètes, comme ils eurent depuis des lecteurs : c'étoit un emploi dans l'état de leur maison, et l'on chargeoit ordinairement ces conteurs
Page 268 - aprentis qui en sera requis puisse nommer, enseingner, ne présenter aucun par especial et se li aprentis fait le contraire que ses maistres ou lui soient tenuz de l'amende lequel qu'il plaira miex aus maistres du mestier, et se le maistre ne veult paier l'amende que le vallet aprentis soit bannis du
Page 341 - que les seigneurs ou leurs officiers rendoient la justice. Le seigneur y tenoit les plaids et les assises sous un chêne ou sous un orme, au pied" duquel étoit une grosse pierre qui servoit de siège au juge. Les huissiers y faisoient leurs proclamations au nom du seigneur. Dans plusieurs coutumes, l'arbre
Page 261 - car il ne nous souvient pas de celui par » qui nous espérons vivre , qui nous soutient » tant que nous allons sur terre, et qui nous » nourrit de peur que nous ne mourions de » faim, lui par qui nous sommes sauvés, pourvu
Page 268 - qui les requerront, seigneur, je ne puis alouer autrui que moy mesmes par les ordenances de nostre mestier, mais se il vous fault menestreus ou aprentis aies en la rue aus jongleurs, vous en trouvères de bons sanz ce que
Page 149 - offre la description des tours joués par le Renard à son oncle et son compère le Loup. L'invention primitive de ce Roman fut si bien accueillie , que nombre de poè'tes du treizième siècle s'exercèrent sur le même sujet. Les aventures qu'ils ajoutèrent, pour faire suite à la première partie, formèrent les nombreuses branches de ce Poëme ; en les réunissant elles peuvent
Page 261 - jeunesse , qu'aucun de nous ne prend » garde aux voies frayées par ses pères et par » les anciens, si elles mènent à mauvaise fin; » ni les uns ni les autres ne prennent garde
Page 181 - L'Apologue est un don qui -vient des immortel». Ou , si c'est un présent des hommes , Quiconque nous l'a fait mérite des autels.
Page 267 - préjudice du mestier et du commun proufit. Car , comment que ceus qu'il prennent sachent peu, ne leur font il pas demander mendre salaire et à leur proufit et les tesmoingnent autres qu'il ne sont, en décevant les bonnes gens.

Bibliographic information