Chrestomathie de l'ancien français: (IX-XV siècles)

Front Cover
Er Devillard
Klincksieck, 1887 - French language - 288 pages
 

What people are saying - Write a review

We haven't found any reviews in the usual places.

Selected pages

Common terms and phrases

Popular passages

Page 217 - Qu'en son jargon ne chante ou crie Le temps a laissié son manteau De vent, de froidure et de pluye.
Page 217 - Le temps a laissié son manteau de vent, de froidure et de pluye, et s'est vestu de brouderie, de soleil luyant, cler et beau.
Page 104 - Taillefer, qui mult bien chantout, sur un cheval, qui tost alout, devant le duc alout chantant de Karlemaigne et de Reliant e d'Olivier e des vassals qui morurent en Rencevals. quant il orcnt chevalchié tant qu'as Engleis vindrent apreismant, 'sire', dist Taillefer, 'merci!
Page 4 - Pro Deo amur et pro christian poblo et nostro commun salvament, d'ist di in avant, in quant Deus savir et podir me dunat, si salvarai eo cist meon fradre Karlo, et in...
Page 227 - Dernier decedé de ce nom, Qui quatre ans tint le papaliste ? Alphonce le roy d'Arragon, Le gracieux duc de Bourbon, Et Artus le duc de Bretaigne, Et Charles septiesme le bon ? Mais ou est le preux Charlemaigne? Semblablement, le roy Scotiste Qui demy face ot, ce dit on, Vermeille comme une amatiste Depuis le front jusqu'au menton?
Page 211 - T"\IEU, qu'il la fait bon regarder, ^•^ La gracieuse, bonne et belle ! Pour les grans biens qui sont en elle, Chascun est prest de la louer. Qui se pourroit d'elle lasser ! Tousjours sa beaulté renouvelle.
Page 8 - Quant infans fud, donc a ciels temps al rei lo duistrent soi parent, qui donc regnevet a ciel di: cio fud Lothiers, fils Baldequi. il l'enamat; deu lo covit; rovat que liUeras apresist Didun l'ebisque de Peitieus luil comandat ciels rei; Lothiers.
Page 32 - E li quens Guenes en fut mult anguisables. De sun col getet ses grandes pels de martre E est remés en sun blialt de palie. Vairs out les oilz e mult fier lu visage; Gent out le cors e les costez out larges; 285 Tant par fut bels tuit si per l'en esguardent.
Page 228 - Tant grate chèvre que mal gist ; tant va le pot à l'eau qu'il brise ; tant chauffe-on le fer qu'il rougist; tant le maille-on qu'il se debrise ; tant vault l'homme comme on le prise ; tant s'eslongne-il qu'il n'en souvient ; tant mauvais est qu'on le desprise ; tant crie l'on Noël qu'il vient.
Page 30 - Sed a mei soule vels une feiz parlasses, Ta lasse medre si la reconfortasses, Qui sist dolente ! Chiers filz, buer i alasses.

Bibliographic information