Annales scientifiques, littéraires et industrielles de l'Auvergne, publiées par l'Académie des sciences, belles-lettres et arts de Clermont-Ferrand. ... . Tome premier-trente-unième. 1828-1858, Volume 15

Front Cover
 

What people are saying - Write a review

We haven't found any reviews in the usual places.

Selected pages

Other editions - View all

Common terms and phrases

Popular passages

Page 145 - Montlosier; il revint avec ardeur à ses anciens travaux , aux occupations de sa jeunesse, qui avaient toujours pris une large place dans ses vues sur la politique du moment. Néanmoins, il n'agrandit guère le cercle de ses premières recherches ; il retourna aux mêmes sources où il avait puisé ses connaissances et ses opinions. Le sujet fut encore pour lui les origines du régime féodal; avec moins d'exagération et plus de savoir, il continua le système de Boulainvilliers. Rattachant tout...
Page 24 - Cour (21 janvier 1871), — directeur des affaires criminelles et des grâces au ministère de la justice (11 février 1879), — conseiller d'Etat en service extraordinaire, — conseiller à la Cour de cassation (21 février 1880).
Page 132 - Je n'étais amou» reux ni d'elle ni de sa fortune ; je l'étais » de ce lieu un peu sauvage , qui avait une » belle fontaine , de beaux arbres plantés par » mon père, et qui me rappelait les jours de » mon enfance. » II épousa cette femme qui avait quinze ans de plus que lui. Dans son exaltation mélancolique, il disait : « Qu'ai-je à faire au monde?
Page 136 - ... qui était nécessaire pour me coordonner et me perfectionner. Je montais à la tribune , non comme d'autres , pour briller, mais toujours de colère et d'impatience, pour combattre. » Ces impulsions du courroux lui inspiraient, sinon un large discours, une belle œuvre d'art, du moins des mouvements éloquents, des paroles d'une merveilleuse énergie, des traits pénétrants, des passages tels que celui qui est resté si célèbre...
Page 154 - Toutefois, dans la portion fougueuse et indomptable de son caractère, s'élevait une révolte intérieure contre cette puissance absolue, qui doit régir tous les mouvements de l'âme, et pénétrer dans les plus intimes replis du cœur. Ainsi, par une contradiction singulière, il voulait honorer la croyance et les symboles, en même temps qu'il leur refusait la juridiction sur la conscience. De même il voulait bien respecter le clergé, s'incliner devant son caractère sacré; mais, s'il lui...
Page 363 - Discunt in partes centum diducere. Dicat Filius Albini : si de quincunce remota est Uncia, quid superat ? Poteras dixisse. Triens. Eu ! Rem poteris servare tuam. Redit uncia, quid fit ? Semis.
Page 137 - Vous leur ôtez leur croix d'or, ils prendront une croix de bois : c'est la croix de bois qui a sauvé le monde, » et qu'il émut un moment les esprits sans parvenir à les maîtriser.
Page 131 - II a raconté aussi avec beaucoup d'intérêt , et de charme , son adolescence dans les écoles et ses premières années de liberté. On voit se succéder, dans cette âme énergique, une piété ardente; les agitations d'un amour passionné; l'essai et le dégoût de la vie du monde ; l'effet produit par quelques voyages à Paris, où il aperçut Voltaire et connut d'Alembert...
Page 156 - Sa fin était destinée à donner ainsi que sa vie un spectacle de lutte et d'énergie; il ne trouva point de repos même sur le lit de mort. Les dernières lueurs de sa raison, les dernières forces de son caractère furent employées au combat. Dans la plénitude de ses facultés, il voulut recevoir les consolations de la religion et en accomplir les devoirs. Il déclara au prêtre qui le confessait que...
Page 283 - Limousin nous pourvéoient, et nous amenoient en notre châtel les blés , la farine, le pain tout cuit, l'avoine pour les chevaux et la litière , les bons vins, les bœufs, les brebis, et les moutons tous gras, la poulaille et la volaille. Nous étions gouvernés et étoffés , comme rois; et quand nous chevauchions, tout le pays trembloit devant nous.

Bibliographic information