Considérations générales sur la classe des insectes

Front Cover
Chez F.G. Levrault, 1823 - Insects - 272 pages
0 Reviews
 

What people are saying - Write a review

We haven't found any reviews in the usual places.

Other editions - View all

Common terms and phrases

Popular passages

Page 238 - De la bibliographie entomologique, ou des auteurs principaux qui ont écrit sur les insectes, et indication des systèmes et des méthodes qu'ils ont proposésc.
Page 96 - Les ailes membraneuses son t également insérées sur la partie supérieure de la poitrine, en dedans de l'élytre qui les recouvre. Elles sont veinées , avec des anastomoses , à peu près comme celles des hyménoptères , particularité qui les distingue de celles des névroptères. A une ou deux exceptions près , qui ont été remarquées dans les rhipiphores , les molorques, ces ailes membraneuses sont coudées sur leur bord externe. Elles forment là une articulation en angle , qui permet...
Page 10 - ... immédiatement la bouche ou la lèvre supérieure ; les joues , entre les yeux et la bouche ; la ganache ou le menton , sur lequel s'articule la lèvre inférieure. Telles sont les diverses régions de la tête des insectes. Le corselet ou le thorax est la partie du tronc qui est placée entre la tête et le ventre ou l'abdomen : elle supporte constamment les membres , tels que les pattes et les ailes. Voilà la définition la plus générale que l'on puisse donner de cette région du corps;...
Page 76 - Ainsi . la réproduction des corps organisés n'est que le développement successif d'une suite d'individus dont les principes semblent avoir existé avec le premier être de la même espèce. Alors disparoissent les idées de générations spontanées, de germes répandus dans l'espace, et toutes ces opinions ridicules, accréditées pendant une longue suite de siècles. Il ne reste que cette vérité constante , donnée par l'expérience et l'observation : chaque être reproduit son semblable....
Page 137 - CiosïÉRocÈnEs ou fusicornes ont les antennes en fuseau ou en prisme , plus gros au milieu. Leur corselet est en général plus gros que dans les papillons ; leurs ailes inférieures s'accrochent aux supérieures par un poil roide, qui est reçu dans une sorte d'anneau du bord interne près de la base. Ces ailes ne peuvent pas s'élever verticalement. La plupart ne volent qu'au crépuscule, principalement le soir. On rapporte à cette famille les sphinx, les sésies, les zygènes. Les...
Page xii - ... d'autres substances qui participent pour un temps limité à l'action de la vie. A la seconde série de phénomènes se rattachent , i." tous les moyens accordés aux êtres vivans pour changer de lieu à volonté en tout ou en partie, ou la faculté de se mouvoir; 2.° tous les instrumens à l'aide desquels les êtres vivans perçoivent ou éprouvent l'action que les autres corps peuvent exercer sur eux par leurs qualités.
Page 227 - Ao^jç, latérale. (PI. 49 et 5o.) Car, Suçoir nul ou caché ; bouche en trompe rétractile dans une cavité du front; antennes à poil isolé, latéral, simple ou plumeux. Les douze genres principaux que l'on a rangés dans cette famille, se distinguent d'abord par la soie qui garnit le dernier article de leurs antennes , qui est tantôt simple , tantôt plumeuse ou barbue, ensuite par la longueur relative de l'avant-dernier article de ces antennes , qui est quelquefois plus rourt que 1rs antres,...
Page vi - Insectes la méthode analytique qui ., suivant ses propres expressions , est une sorte de système appliqué à un, mode d'arrangement tel que les espèces sont autant rapprochées qu'il est possible par leur analogie , afin de pouvoir plus facilement généraliser ce qui les concerne et les comparer entre elles. Cette marche , ne laissant de choix qu'entre deux propositions , facilite et abrège considérablement les recherches. Duméril s'est occupé principalement de la classe des Insectes. Il...
Page 163 - KoXfo;, gaine; 7/lepa,, ailes. Car. Insectes à quatre ailes , dont la paire supérieure est coriace, dure, courte, épaisse, le plus souvent opaque, réunie par une sorte de suture médiane longitudinale, convexe en -dessus, recouvrant le ventre et deux ailes membraneuses, veinées, pliées en travers et le plus souvent transparentes ; à bouche propre à mâcher, composée de mandibules et de mâchoires bien distinctes. Cet ordre se divise en quatre grandes sections ou sousordres, d'après le nombre...
Page 92 - On distingue, dans les coléoptères, comme dans tous ies insectes, le tronc et les membres. Le tronc est composé de quatre régions principales , la tête , le corselet , la poitrine et le ventre. Les membres , au nombre de six , sont distingués en ailes : les supérieures, appelées élytres, et les inférieures, qu'on nomme simplement les ailes. Les pattes se distinguent en antérieures, moyennes et postérieures : elles sont toutes composées d'une hanche, d'une cuisse ou fémur, d'une jambe...

Bibliographic information