Guerres des Vendéens et des Chouans contre la République Française: ou, Annales des départemens de l'Ouest pendent ces guerres, Volume 29

Front Cover
Baudouin frères, 1825 - Chouans
 

What people are saying - Write a review

We haven't found any reviews in the usual places.

Other editions - View all

Common terms and phrases

Popular passages

Page 224 - ... était le plus lâche des soldats, le plus mauvais des officiers et le plus ignorant des chefs qu'on eût jamais vu, il ne connaissait pas la carte, savait à peine écrire son nom, et ne s'est pas une seule fois approché à la portée du canon des Rebelles.
Page 325 - J'ai fait battre la générale à quatre heures du matin ; il en est huit et il ya tout au plus cinq cents hommes réunis; j'ignore ce que le reste est devenu. » J'ai convoqué un conseil de guerre où se sont trouvés les corps administratifs , à l'exception des membres du département partis hier à quatre heures du soir.
Page 434 - Enfin , voici la plus belle journée «que nous ayons eue depuis dix mois que nous « combattons les brigands... » Les restes de l'armée vendéenne se rapprochèrent de la Loire pour en tenter le passage.
Page 288 - ... de la nation vous encouragent et vous guident: marchez, frappez; que dans un mois le peuple français soit vengé , la liberté affermie , la république triomphante; que les tyrans et les esclaves disparaissent de la terre ; qu'il n'y reste plus que la justice, le bonheur et la vertu.
Page 304 - Coclès , il reste le dernier pour défendre le pont et reçoit un coup de feu. » Je vis alors que le seul parti qui nous restait à prendre , était de mettre quelque ordre dans notre retraite pour aller occuper la position derrière la rivière d'Oudon, au Lion d'Angers.
Page 267 - J'ai perdu, dit Kléber, dans les journées des 15 et 17 octobre, de ma seule division, quatorze chefs de brigade, chefs de bataillon ou officiers de mon état-major, tous mes amis et compagnons d'armes de Mayence.
Page 239 - ajoutaient-ils , est partout précédée de la ter» reur ; le fer et le feu sont maintenant les seules » armes dont nous fassions usage. » Le commandant Chambon, promu depuis peu au grade de général de brigade, périt dans cette affaire en criant vive la republique!
Page 508 - Lebateux à toute la France; ordonne à tous les chefs de la force armée , et particulièrement au général Tribout , aux autorités constituées et à tous les citoyens , d'exécuter et faire exécuter le présent arrêté , à peine de désobéissance à l'autorité légitime de la Convention , et d'être regardés comme persécuteurs des républicains , partisans des contre-révolutionnaires et traîtres à la patrie.
Page 205 - Soldats de la liberté, il faut que les brigands de la Vendée soient exterminés avant la fin du mois d'octobre! Le salut de la patrie l'exige; l'impatience du peuple français le commande; son courage doit l'accomplir. La reconnaissance nationale attend à cette époque tous ceux dont la valeur et le patriotisme auront affermi sans retour la liberté et la république.
Page 459 - ... méprisable , m'a toujours paru , pour la république, la grande partie, et il me semble à présent qu'avec nos autres ennemis-, nous ne ferons plus que peloter.

Bibliographic information