Histoire de la république d'Haïti ou Saint-Domingue: l'esclavage et les colons

Front Cover
Plancher, 1819 - Haiti - 264 pages
0 Reviews
 

What people are saying - Write a review

We haven't found any reviews in the usual places.

Selected pages

Contents

Common terms and phrases

Popular passages

Page 211 - Pour être indépendant, il faut avoir la certitude de pouvoir en tout temps, et partout, faire respecter son indépendance. Il faut avoir en soi-même assez de force pour pouvoir résister aux efforts comme à l'ambition de ceux qui peuvent devenir jaloux de la prospérité que vous pourriez acquérir. Il faut pouvoir par soi-même défendre ses sujets au dehors comme au dedans et être dans la possibilité de venger une injure. Si l'Etat qui veut se déclarer indépendant n'a pas ces moyens par...
Page 172 - Ne faites pas à autrui ce que vous ne voudriez pas qu'on vous fit ; Faites constamment aux autres le bien que vous voudriez en recevoir.
Page 173 - La maison de toute personne habitant le territoire français est un asile inviolable. Pendant la nuit, nul n'a le droit d'y entrer que dans le cas d'incendie, d'inondation, ou de réclamation faite de l'intérieur de la maison. Pendant le jour, on peut y entrer pour un objet spécial déterminé, ou par une loi, ou par un ordre émané d'une autorité publique.
Page 203 - ... les biens de tous ceux qui portent chez vous le nom d'Haïtien, de les priver du droit de succéder, et des droits politiques dont ils jouissent dans toute leur plénitude et sans distinction. Par une bizarrerie dont...
Page 196 - ... je n'ai jamais juré en vain. Nous faire revenir sur cette sainte résolution est audessus de toute force humaine; nous la possédons, nous nous croyons dignes de la conserver; pour nous l'enlever, il faudrait donc nous exterminer tous. Eh bien ! si la chose était même possible, nous nous y déterminerions plutôt que de reculer. Il nous eût été permis de penser que notre caractère peu connu, surtout en France, où l'on s'est habitué à nous juger par l'esprit colonial, aurait peut-être...
Page 183 - Général, que nous en avons et que nous en mettrons en vous et dans les autorités avec lesquelles le Roi nous a ordonné de nous entendre; c'est à elles, c'est à vous, à nous indiquer tout ce qui peut être pour le peuple un objet de désir ou d'inquiétude, ce qui peut assurer sa prospérité et son repos ; et bientôt, comme tous les Français, vous jouirez du bonheur d'avoir retrouvé dans le Roi, le meilleur des pères.
Page 173 - Les obligations de chacun envers la société consistent à la défendre, à la servir, à vivre soumis aux lois et à respecter ceux, qui en sont les organes. 4. Nul n'est bon citoyen, s'il n'est bon fils, bon père, bon frère, bon ami, bon époux.
Page 196 - ... avec un nouvel enthousiasme; il est le palladium de la liberté publique : le rétracter ou en concevoir la coupable pensée , serait un déshonneur et une infamie dont aucun Haïtien n'est capable ; l'altérer, serait attirer sur nous des malheurs mérités ; nos lois nous...
Page 207 - De quelque manière que nos efforts soient jugés dans le cours de notre révolution , l'histoire ne pourra cacher quo nous avons été sacrifiés et trompés , et que nos armes ont été aussi couronnées de quelques lauriers. Si vos pouvoirs n'ont pas la latitude nécessaire pour vous permettre de traiter sur la base que j'ai eu l'honneur de vous proposer, ou que vous ne jugiez pas convenable d'en faire usage dans cette circonstance, je dois vous prévenir que je ne crois pas devoir correspondre...
Page 198 - Si les intentions de sa majesté très - chrétienne se concilient sur ce point, et que les pouvoirs dont vous êtes revêtus se rapportent avec cet esprit de justice et de modération , alors oubliant tout motif particulier, et guidés par le pur sentiment de la vérité et le désir d'opérer le bien , vous nous regarderez comme un gouvernement libre et indépendant , dont les institutions consolidées reposent sur la volonté et l'amour national. Vous n'hésiterez pas à l'admettre comme base...

Bibliographic information