Chansons et dits artésiens du XIIIe siècle

Front Cover
Alfred Jeanroy, Henry Guy
Feret & fils, 1898 - French poetry - 165 pages
 

What people are saying - Write a review

We haven't found any reviews in the usual places.

Other editions - View all

Common terms and phrases

Popular passages

Page 60 - N'a gent si nobile Com d' Arras, ne de tel valeur; Mais li ruihote A no cité morte, Ce dient li plaigneur.
Page 34 - II fist le paon, se braie avala, Celui de Beugin trestout porkia. Diex en eut tel joie de ris s'escreva, De se maladie trestous respassa. Et per li doureles.
Page 83 - Li marcis sist, si se porpense, Et vit k'en lui n'avoit desfense Dont il deùst celui respondre, Ains dist bien c'on le deùst fondre Quant de sen don tant demoura.
Page 36 - Se paroil des cipauwes Du gentil cuer Henri Nazart Et de ses grans lubauwes; N'a pas paroles flauwes, 55 Ains est preudom, se je ne ment : II set bien faire un testament. Je n'ose nomer Audefroi, Trop est de grant lignage; II fut preudom, si com je croi, 60 En sen eskevinage: II eut bien tesmoignage, 198 r° Par foi, kil sist le taille a point; Mais li abes après l'en point.
Page 33 - Dieu le père qui, se sentant malade, veut, pour se guérir, apprendre à faire des chansons. Il descend du ciel à Arras, et s'y met à l'école des poètes de cette ville : Arras est escole de tous biens entendre; Quant on veut d'Arras le plus caitif prendre, En autre païs se puet por boin vendre 1.
Page 43 - S'il voit tenir a sen sorciel Un cavel, lors en a engaigne : II cuide ce soit une araigne Qui lui voelle ses ex crever; Lors se paine de li grever 35 Mais il ne set quel part tenir. On voit mout sovent avenir C'uns autres en est si destrois C'une cose li sanle trois.
Page 93 - Asses l'aves oït van Gerbert , van Gerin , Van Willeme d'Orenge qui vait de cief haiclin , Van conte de Bouloigne , van conte Hoillequin Et van Fromont de Lens , van son fil Fromondin Va» Karlemaine d'Ais , van son pere Paipin; Mais jo dira biaus mos qui bien dot estre em prin (4).
Page 36 - Traïs et vendus Et haïs, N'en toi n'a desfense Se cil ne te tense Ki en crois fu mis.
Page 33 - Compaignons manda por estudiier : Pouchins li ainsnés, ki bien set raisnier De compleusion, d'astrenomiier, Je vi k'il fist Diu le couleur cangier, Car encontre lui ne se seut aidier.
Page 43 - Et si fait mainte feme lie: Quant a baisié saint Tortuel Et le seve de sen tuel, Lors veut danser et espringhier Et bien sovent ailleurs henghier 25 A viel [home u] a baceler. Sains Tortus ne se puet celer. Il sont tante maniere d'ivre...

Bibliographic information