Les légendes épiques: recherches sur la formation des chansons de geste, Volume 2

Front Cover
 

Other editions - View all

Common terms and phrases

Popular passages

Page 7 - Ainsi dura toujours leur amour pur de tout reproche, sans qu'il y eût autre chose que bon vouloir et entente cachée. Et pourtant, Charles en conçut une telle jalousie que, pour un autre grief dont il chargea le duc, il se montra farouche et irrité. Ils en firent bataille par les plaines herbues; et il y eut tant de morts que les vivants en demeurèrent sombres, et que jamais plus un mot d'amour ne fut prononcé. PAUL MEYER. (La suite à un prochain numéro.) LES BASQUES. Etudes sur l'origine...
Page 25 - Je fonderai treize moutiers ; en chacun il y aura un abbé ou un prieur. Dans la vallée de Roussillon, où coule la Seine, là sera enseveli notre fils, et nous auprès...
Page 396 - L'enfes Berniers ot molt le cuer mari; por consellier s'en ala a Gueri: «Conseilliés moi, por Dieu qui ne menti! Mal m'a baili Raous de Cambresi, 1525 qi ma mere arst el mostier d'Origni: dame Marsent au gent cors signori. Celes mameles dont ele me norri vi je ardoir, par le cors s. Geri!
Page 304 - ... naissance et ses exploits lui avaient valu tant de gloire et tant d'honneur qu'il était devenu le premier de l'empire après Charlemagne. Dans tout l'éclat de sa puissance mondaine, il se prit à en considérer la fragilité et la vanité et résolut de se retirer du siècle. Revêtu d'un accoutrement de pèlerin il visita de nombreux monastères, décidé à faire profession dans celui où il trouverait la discipline la plus rigoureuse et la mieux observée. Ayant reconnu (par l'épreuve des...
Page 247 - Carles en ad la mure, mercit Deu, En l'oret punt l'ad faite manuvrer. Pur ceste honur e pur ceste bontet, Li nums Joiuse l'espee fut dunet. Baruns franceis nel deivent ublïer: 2510 Enseigne en unt de Munjoie crier.
Page 100 - Tôt le meillor torna en dolce France. Li mieldre reis ot a nom Charlemaine; Cil aleva volentiers dolce France; Deus ne fist terre qui envers lui n'apende; II i apent Baiviere et Alemaigne Et Normandie et Anjou et Bretaigne Et Lombardie et Navarre et Toscane.
Page 95 - La légende de Girard de Roussillon. — La légende de la conquête de la Bretagne par le roi Charlemagne. — Les chansons de geste et les routes d'Italie. — Ogier de Danemark et saint Faron de Meaux.
Page 16 - Le traître à son seigneur, on doit le faire écarteler par deux chevaux, le brûler sur un bûcher, et là où sa cendre tombe, il ne croît plus d'herbe et le labour reste inutile; les arbres, la verdure y dépérissent. Tristan, rendez la reine à celui qu'elle a épousé selon...
Page 11 - S'il ne me fait un tel ac» cord, jamais il ne sera mon seigneur ni moi son homme ! 177. — Neveu, » répond Odilon attristé, « tu as peu de » sens et fol jugement. Depuis que Dieu mis en croix reçut » le martyre, on n'a point vu si grand malheur arriver par » un homme, ni journée si meurtrière. Tu en as [sur la » conscience] un péché plus grand que je ne saurais le dire, » qu'on ne pourrait le conter, que clerc ne saurait l'écrire. » Tu ne peux nier ni escondire ' que tu sois l'homme...
Page 63 - Sorte de tente. !1 faut conserver ce mot. 3. Les boules qui surmontaient les tentes. mulets et cent chevaux. Il les emmène tous, les fait charger de butin, passe sous Roussillon au premier chant du coq, et entre à Escarpion ' par la grande porte. La vaisselle d'or qu'il y mit en sureté, je ne saurais en évaluer seulement le poids.

Bibliographic information