Journal asiatique

Front Cover
Société asiatique., 1839 - Oriental philology
0 Reviews
Ser. 6, v. 11, 14 and 18; ser. 7, v. 1 and 9, ser. 7, v. 16 and 19, ser. 8, v. 5, 9, 13 and 17 include "Bibliographie ottomane. Notice des livres turcs arabes et persans imprimés à Constantinople durant le période 1281-1307 de l'Hégire" (title varies slightly)
 

What people are saying - Write a review

We haven't found any reviews in the usual places.

Other editions - View all

Common terms and phrases

Popular passages

Page 41 - Landresse; précédés d'une explication des syllabaires japonais, et de deux planches contenant les signes de ces syllabaires, par M. Abel-Rémusat. Paris, i8a5, i vol. in-8°; 7 fr.
Page 187 - Rizeykât, comme étant les plus puissants et les plus enfoncés dans le désert, ne donnent au Sultan que les rebuts de leurs troupeaux... « Si le percepteur ne se contente pas de ce qu'on lui amène, on l'expulse et parfois on le tue. Le Sultan d'ailleurs n'a aucune prise sur eux.
Page 41 - In-8°, br. 2 fr. , et i fr. pour les membres de la Société. ESSAI SUR LE PALI , ou langue sacrée de la presqu'île au delà du Gange, avec six planches lithographiées , et la notice des manuscrits palis de la Bibliothèque du Roi, par MM.
Page 174 - sorte que le roi s'attacha à elle et lui conserva la « vie. Le roi eut une entremetteuse nommée Di«narzad, qui s'était entendue avec la conteuse. On « dit que ce livre a été composé par Houmai ( Au«guste), la fille de Behmen. Mohammed-ben-Ishak « dit : Le vrai , s'il plaît à Dieu , est que le premier «qui se fit faire des contes, le soir, fut Alexandre; «il y avait des hommes qui s'en moquèrent, mais il « ne le fit point pour le plaisir qu'il trouva à écouter « ces contes , mais...
Page 281 - Mais c'est un concert bien étrange aux oreilles d'un Européen qui n'y est pas encore accoutumé, car dix ou douze de ces hautbois...
Page 91 - Si un autre royaume se trouvait en face du mien, et que les cris des coqs et des chiens s'entendissent de l'un à l'autre, mon peuple arriverait à la vieillesse et à la mort sans avoir visité le peuple voisin (1).
Page 463 - La quatrième est celle des Seou-to-lo ; c'est la caste des agriculteurs ; ils doivent consacrer toutes leurs forces corporelles, de génération en génération, à cultiver les champs, à semer et à moissonner. « Chacune de ces différentes castes pures et impures ne contracte « pas de mariages avec une autre. Une femme, une fois mariée, l'est « jusqu'à la fin de ses jours; elle ne se marie pas une seconde fois. « Le restant de la population est composé de classes mêlées, qui suivent...
Page 367 - Glaucus , etc. ; les anciens Chinois appelaient tout cela Long, et désignaient ainsi le plus souvent des génies bienfaisants. On dit partout que Tchi-yeou n'est point mort; Hoang-ti fit faire son portrait pour épouvanter tout l'univers. Le Po-kou-tou ' dit que les anciens avaient coutume de faire graver la figure de Tchi-yeou sur les vases dont ils se servaient , afin d'éloigner par cette vue tous les hommes de la débauche et de la cruauté. On lit dans le Kang-kien que Tchi-yeou est le mauvais...
Page 142 - ... et un historien grec du douzième siècle, Cinnamus, en a laissé la description : « Des jeunes gens, divisés en deux bandes égales, lançaient sur un terrain uni... une balle de cuir de la grosseur d'une pomme. Alors les joueurs accouraient à toute bride, chacun d'eux tenant dans sa main droite un bâton d'une longueur médiocre et terminé brusquement par une portion large et arrondie, dont l'intérieur était garni de cordelettes entrelacées, en forme de réseau. Des deux côtés, on...
Page 199 - Damzôg dans le lait , il accourt et pose vite sur le vase ou carâ un couvercle tissu de folioles de dattier. Il le décroche ainsi couvert, et le remet à l'acheteur, qui l'emporte chez lui. Celui-ci le suspend à un mur de sa hutte, et en confie le soin à une esclave , ou à une femme, qui , chaque matin , vient le prendre , en vide le lait , le lave parfaitement, le remplit de nouveau lait fraîchement trait, et le suspend à la même place. Dès lors on est en sécurité contre tout vol et...

Bibliographic information