Histoire des guerres religieuses en Auvergne: pendant les XVIe et XVIIe siècles, Volume 1

Front Cover
P.-A. Desrosiers, 1840 - Reformation
0 Reviews
 

What people are saying - Write a review

We haven't found any reviews in the usual places.

Other editions - View all

Common terms and phrases

Popular passages

Page 174 - A l'arrivée , le roi l'appela son père, et après trois embrassades, la dernière une joue collée à l'autre , il dit de bonne grâce , en serrant la main du vieillard : « Nous vous tenons , maintenant , vous • ne nous échapperez pas quand vous voudrez.
Page 205 - Nîmes après la bataille de rouiras (1587). Merle était calme, brave, infatigable; il se piquait même de justice et de générosité. « Son impatience, dit M. Imberdis, qu'excitait le plus petit obstacle, le rendait souvent implacable et féroce. Nourri aux armes et au sang dès sa jeunesse, ce partisan se signala par des cruautés sans nombre et une insatiable cupidité. La ruse, les stratagèmes bien combinés , la ténacité dans l'exécution et le sang-froid dans le danger lui assurèrent...
Page 240 - ... systèmes religieux qui divisaient la société, elle n'eût jamais hésité; la ligue d'ailleurs était comme l'expression de ses privilèges et de ses sentimens municipaux. Le roi avait écrit des lettres closes à tous les prevôts et baillis du royaume pour la convocation des États. «Nostre amé et féal, depuis qu'il a plu à Dieu nous appeler à ceste couronne , nous n'avons rien en si grand desir que de mettre fin aux troubles dont ce royaume est affligé ; afin de pourvoir à l'altération...
Page 453 - juges peut avoir apporté le désordre qui est en la » noblesse, comme aussi le mesme désordre peut » avoir esté cause de la connivence des juges qui » n'ont peu résister à la force.
Page 65 - ... s'y voudroient trouver, et autres seigneurs ayant simples fiefs pour eux et leur famille seulement. Défense à ceux de la religion de troubler les ecclésiastiques en leur bénéfice, ni en leur service divin. Et prend le roy les uns et les autres d'une même balance en sa protection et sauvegarde, comme ses vrais et loyaux sujets.
Page 226 - ... d'accepter ladicte charge, espérant que Dieu me fera la grâce , assistée de la bonne volonté de mon fils le duc d'Alençon, et du roy de Navarre , mon beaufils , et...
Page 143 - Puisque les hérétiques sont malades de l'esprit, quelle félonie seroit-ce , au lieu de les secourir et d'en avoir compassion , de les violenter et persécuter à feu et à sang ! Ce seroit faire la guerre à la nature et violenter brutalement l'humanité.... Il est plus que notoire que la craincte les a poussez et précipitez en cest encombre. Ils...
Page 205 - Merle avait une taille moyenne r.un corps épais et renforcé. Sa barbe et ses cheveux étaient blonds. Semblables à deux dents de sanglier, il portait de grandes moustaches retroussées en haut. Ses yeux gris et vifs s'enfonçaient dans sa tête; son nez était large et camus ; une expression de finesse distinguait ses traits. Il boitait d'une jambe : sa force était pourtant prodigieuse. Sans instruction , son naturel emporté puisait dans l'ignorance un aliment dangereux. Sa voix irritée avait...
Page 64 - ... en ses biens, prérogatives et dignités. Le prince de Condé, l'admiral et autres seigneurs de leur association , tenus pour bons et loyaux sujets du roy; et tous les deniers par eux levés pour le deffroi de la guerre , alloués.
Page 226 - Volonté , quant à l'administration dei affaires de ce royaume , a voulu m'en remettre la charge, attendant le retour du roy de Pologne, monsieur mon fils. Quelque temps après il a rendu l'esprit et quitté les misères de cette vie , m'ayant laissé une bien grande et naturelle douleur qui me faict désirer de quitter et remettre toute affaire pour chercher quelque tranquillité de vie ; néanmoins , vaincue de l'instante prière qu'il m'a faicte par son dernier propos d'embrasser cet office,...

Bibliographic information