J. Michelet et ses enfants

Front Cover
Crété, 1878 - Authors, French - 367 pages
0 Reviews
Reviews aren't verified, but Google checks for and removes fake content when it's identified
 

What people are saying - Write a review

We haven't found any reviews in the usual places.

Selected pages

Other editions - View all

Common terms and phrases

Popular passages

Page 253 - La nuit s'avançait ; . J'aperçus le ciel, quelques étoiles, et un peu de verdure. Cette première sensation fut un moment délicieux. Je ne me sentais encore que par-là. Je naissais dans cet instant à la vie, et il me semblait que je remplissais de ma légère existence tous les objets que j'apercevais.
Page 190 - ... vers le vaincu ; j'espère avoir démontré que puisqu'il faut bien qu'il y ait toujours un vaincu, et que le vaincu est toujours celui qui doit l'être, accuser le vainqueur et prendre parti contre la victoire, c'est prendre parti contre l'humanité et se plaindre du progrès de la civilisation. Il faut aller plus loin , il faut prouver que le vaincu doit être vaincu et a mérité de l'être ; il faut prouver que le vainqueur non-seulement sert la civilisation, mais qu'il est meilleur, plus...
Page 198 - Et comme tout se mêle en la vie, pendant que j'avais tant de bonheur à renouveler la tradition de la France, la mienne s'est rompue pour toujours. J'ai perdu celui qui...
Page 130 - Ceux qui n'ont point entendu dans sa chaire l'auteur du Livre des pèlerins polonais ne peuvent se faire une idée de cette éloquence à la fois mystique et sensée, sublime et familière. Debout, les mains sur sa canne, le corps en avant, l'œil inspiré, la voix émue et vibrante, avec les apparences d'un visionnaire céleste, c'étaient souvent les paroles du plus parfait bon sens et de l'esprit le plus pratique qu'il faisait entendre.
Page 198 - Je donne aujourd'hui l'époque unanime, l'époque sainte où la nation tout entière, sans distinction de parti, sans connaître encore (ou bien peu) les oppositions de classes, marcha sous un drapeau fraternel. Personne ne verra cette unité merveilleuse, un même cœur de vingt millions d'hommes, sans en rendre grâces à Dieu. Ce sont les jours sacrés du monde, jours bienheureux pour l'histoire. Moi, j'ai eu ma récompense, puisque je les ai racontés...
Page 191 - J'ai senti en approchant de cette salle le mouvement de vos cœurs. Eh bien! si ce grand peuple qui agit, dont nous n'avons point de nouvelles, si ce peuple n'obtenait pas la victoire que nous demandons au ciel, nous n'en croirions pas moins sa cause juste et sainte, sainte, c'est-à-dire éternelle, et devant, un jour ou l'autre, triompher dans l'avenir, » Comment vous représenter l'effet de ces paroles, interrompues par les applaudissements et reprises par M.
Page 190 - avoir démontré que, puisqu'il faut bien qu'il y ait « toujours un vaincu, et que le vaincu est toujours « celui qui doit l'être, accuser le vainqueur et prendre « parti contre la victoire c'est prendre parti contre « l'humanité et se plaindre du progrès de la civilisa
Page 131 - Ne vous reposez point sur les perfectionnements de l'industrie, les machines n'ont point d'opinion, elles donnent raison au vainqueur ». Mais il fallait entendre ces paroles de la bouche même du poète, on pourrait dire du prophète, tant il en avait l'aspect et la majesté. La phrase quelquefois n'était pas française, et l'accent ne l'était jamais; cependant quelle éloquence vraie et pathétique ! Il s'écriait un jour...
Page 216 - Ville, mais elle était dans tous les cœurs, dans toutes les bouches. Dans la première liste, affichée dans tout notre quartier, M. Michelet était nommé du gouvernement provisoire. Je l'ai conduit à l'Hôtel de Ville, mais l'encombrement était si grand qu'il n'a pu parvenir jusqu'à l'assemblée et savoir ce qui en était de sa nomination. Dans la liste officielle qui a paru ce matin, il n'était plus, n'ayant pas paru à l'Hôtel de Ville.
Page 274 - Ce livre me dévore, tout fini qu'il semble. J'ai bu trop du sang noir des morts. [. . .] J'ai consciencieusement égorgé des hommes qui m'étaient si chers. Je n'aurai aucun repos que je ne leur aie donné pour expiation de mes sévérités l'histoire de leurs successeurs, histoire fangeuse, histoire sanglante, cent fois plus sanglante que 93.

Bibliographic information