August Wilhelm von Schlegel's sammtliche Werke, Volume 10

Front Cover
Weidmann, 1846 - Art
0 Reviews
 

What people are saying - Write a review

We haven't found any reviews in the usual places.

Other editions - View all

Common terms and phrases

Popular passages

Page 302 - Dans le monde, disait M . . . , vous avez trois sortes d'amis : vos amis qui vous aiment ; vos amis qui ne se soucient pas de vous, et vos amis qui vous haïssent.
Page 13 - n gelo il vapor di lassù converso piove : ma che curar dobbiam che faccia Giove? godiam noi qui s'egli è turbato in cielo. Godiamo amando, e un dolce ardente zelo queste gioie notturne in noi rinnove: téma il vulgo i suoi tuoni, e porti altrove fortuna o caso il suo fulmineo telo.
Page 376 - To new-found worlds, and wept for others' woe; But for himself, in conscious virtue brave, He only wish'd for worlds beyond the grave. His lovely daughter, lovelier in her tears, The fond companion of his helpless years, Silent went next, neglectful of her charms, And left a lover's for a father's arms.
Page 13 - Ben folle ed a se stesso cmpio ; colui, Che spera e teme ; e in aspettando il male, Gli si fa incontro, e sua miseria affretta. Pera il mondo e rovini ; a me non cale, Se non di quel, che più piace e diletta, Che, se terra sarô, térra ancor fui.
Page 282 - ... à fait calme, et même de ce ton ironique qui lui était assez familier : « Que voulez-vous ? voilà ce que c'est que d'être maladroit de la main ; on ne réussit à rien, pas même à se tuer. » Alors il se mit à me raconter comment il s'était perforé l'oeil et le bas du front au lieu de s'enfoncer le crâne ; puis charcuité le col au lieu de se le couper ; et balafré la poitrine sans parvenir à se percer le cœur : Enfin...
Page 286 - Et qui même en dormant fait du bien aux mortels, Par de calmes vapeurs mollement soutenue, La tête sur son bras, et son bras sur la nue, Laisse tomber des fleurs, et ne les répand pas; Fleurs que les seuls Zéphyrs font voler sur leurs pas.
Page 302 - L'Abbé de Lille, entrant dans le cabinet de M. Turgot, le vit lisant un manuscrit : c'était celui des Mois de M. Roucher. L'Abbé de Lille s'en douta, et dit en plaisantant : « Odeur de vers se sentait # à la ronde. — Vous êtes trop parfumé, lui dit M. Turgot, pour sentir les odeurs.
Page 304 - M. de Chaulnes avait fait peindre sa femme en Hébé ; il ne savait comment se faire peindre pour faire pendant. Mlle Quinaut, à qui il disait son embarras, lui dit : « Faites-vous peindre en hébété.
Page 289 - DES ACADÉMIES. Ouvrage que MIRABEAU devait lire à l'assemblée nationale, sous le nom de Rapport sur les Académies, en 1791.
Page 272 - Oeuvres de Chamfort, recueillies et publiées par un de ses amis. Paris. L'an 3 de la Rép. 4 Tomes. 3n...

Bibliographic information