Chronique de Abou Djafar-Moʻhammed-ben Djarir-ben-Yezid Tabari, Volume 1

Front Cover
Imprimerie impériale, 1867 - History, Universal
0 Reviews
 

What people are saying - Write a review

We haven't found any reviews in the usual places.

Other editions - View all

Common terms and phrases

Popular passages

Page 33 - Cette montagne est couleur d'émeraude et bleue. Aucun homme ne peut y arriver, parce qu'il faudrait pour cela passer quatre mois dans les ténèbres. Il n'ya dans cette montagne , ni soleil , ni lune , ni étoiles , et elle est tellement bleue , que la couleur azurée que tu vois au ciel vient de l'éclat de la montagne de Kâf qui se réfléchit sur le ciel , et il paraît de cette couleur.
Page 104 - ... les rois sont dépossédés, ils meurent, ils ont des ennemis qui se lèvent contre eux, et toi tu n'as éprouvé aucun de ces maux. Si tu étais du nombre des enfants d'Adam, tu en aurais éprouvé une partie; or tu n'en as éprouvé aucun, parce que tu es Dieu; mais tu ne te connais pas toi-même. Tu étais d'abord dans le ciel, et le soleil, la lune et les étoiles étaient tous sous tes ordres, et tu les dirigeais bien. Tu es descendu ensuite sur la terre pour rendre la justice aux hommes...
Page 147 - Le vizir ouvrit cette porte. Nemrod lui demanda : Que vois-tu? Le vizir lui répondit: Je vois ce que j'ai vu du côté de la terre. Ils planèrent encore dans les airs pendant un jour et une nuit. Après cela, Nemrod dit à son vizir: Ouvre. Celui-ci ouvrit. Nemrod lui demanda : Que vois-tu? Il répondit : Je ne vois rien. Alors Nemrod attacha la corde de son arc, ouvrit son carquois et en tira trois flèches qu'il lança contre le ciel...
Page 138 - Or la mère d'Abraham prit son enfant, lui donna à téter, le replaça où il e'tait auparavant, et, ayant fermé soigneusement l'entrée de la caverne, elle s'en alla. Cette femme continua ainsi à visiter son fils en secret pendant un an. Or Abraham croissait autant en un jour que les autres enfants en un mois, et en un mois il grandissait autant que les autres enfants dans l'espace d'un an. Lorsque Abraham fut âgé de quinze mois, il était aussi grand que s'il avait eu quinze ans. Sa mère...
Page 148 - J'ai détruit le Dieu d'Abraham ; et il changea la direction de la caisse, et redescendit sur la terre. Un grand bruit se fit alors entendre dans l'air, et les anges pensèrent que c'était un ordre de Dieu qui descendait du ciel. Nemrod se retrouva sur la terre sans avoir éprouvé aucune espèce de mal. Dieu dit dans le Coran : « Ceux qui étaient avant eux ont déjà usé d'artifice ; mais Dieu alla vers leur édifice pour le détruire
Page 162 - Hagar accourut, et aperçut l'eau qui jaillissait. A cette vue, elle fut remplie de joie, et, craignant que l'eau ne se perdît, elle apporta de la terre qu'elle plaça autour de la source, de manière à former un bassin. C'est cette même source qui alimente encore maintenant, disent les musulmans, le puits célèbre nommé Puits de Zemzem.
Page 421 - Jonam, fils d'Éliakim, fils de Méléa, fils de Menna, fils de Mattatha, fils de Nathan, fils de David, fils d'Isaï, fils...
Page 166 - ... tandis que son autre jambe était toujours étendue sur la selle de son cheval, il abaissa ainsi sa tête au niveau des mains de la jeune femme, qui lava la poussière dont ses yeux et sa barbe étaient souillés. « Quand ton mari reviendra, dit le patriarche en repartant, dépeins-lui ma figure, et dis-lui de ma part que le seuil de sa porte est également brillant et solide, et qu'il se garde bien de le changer. » Ismaël, en entendant ce récit et ces paroles, dit à Sayda : « Celui que...
Page 26 - Ali, ce sont cinq étoiles qui marchent comme le soleil et la lune; on les nomme planètes. Ce sont: Saturne, Jupiter, Mars, Mercure et Vénus; elles marchent dans ce ciel que nous voyons ; chacune d'elles a un char semblable au char...
Page 147 - ... pour faire la guerre à Dieu, qu'il voulait anéantir (malheur à lui !) ; et il disait : Si je remporte la victoire, je serai délivré d'Abraham; et si je suis vaincu par le Dieu d'Abraham, il pourra partager avec moi le règne sur le ciel, la terre et les créatures. Or on cessa de retenir les vautours, atin qu'ils enlevassent la caisse dans les airs.