Annales des sciences naturelles: Zoologie et biologie animale

Front Cover
Masson, 1860 - Zoology
0 Reviews
 

What people are saying - Write a review

We haven't found any reviews in the usual places.

Other editions - View all

Common terms and phrases

Popular passages

Page 79 - Leur taille, même dans la même famille, n'est nullement » déterminée, car j'ai vu des Oursons devenir, en trois ans, deux » fois plus grands que leur mère, tandis que d'autres restaient plus
Page 352 - The hair is of a very singular nature: it does not cover the whole surface of the scalp, but grows in small tufts at certain distances from each other, and when clipt short, has the appearance and feel of a hard shoe-brush, except that it is curled and twisted into small, round lumps, about the size of a marrow-fat pea. When suffered to grow, it hangs on the neck in hard, twisted tassels, like fringe.
Page 378 - Vers le point où cette région cylindrique se sépare de la région dilatée existe, dans les parois mêmes de la veine, une couche annulaire de fibres musculaires striées, formant une sorte de sphincter tout à fait analogue à celui que Burow a fait connaître dans le phoque. » 5°. Tandis que la veine cave inférieure s'ouvre dans l'oreillette par un orifice étroit, la veine cave supérieure, au contraire, se déverse par un sinus largement ouvert; ces ouvertures et celle de la veine coronaire...
Page 377 - ... réseau admirable carotidien, et qui joue le rôle d'artère carotide interne antérieure. Ainsi les compressions exercées sur la carotide externe peuvent tarir, à un instant donné, la source la plus considérable du sang qui arrive à la tête; cette disposition anatomique semble avoir pour but de prévenir les congestions céphaliques pendant ces longues suspensions de la respiration qui sont familières à l'hippopotame ; hâtons-nous de dire qu'elle n'a sur la circulation veineuse aucune...
Page 110 - Pilaires, dans les glandes mésentériqucs, et surtout en nombre considérable dans les cavités séreuses, particulièrement dans le péritoine et le péricarde ; ils avaient, selon toute apparence, traversé les parois intestinales, suivant probablement la même voie que celle que parcourent les Psorospermies, d'après les recherches de l'un de mes élèves, le docteur Klebs, c'est-à-dire qu'ils pénètrent dans les cellules épithéliales de l'intestin.
Page 191 - ... de la section des nerfs de l'os, le cal, etc., sont moins riches en carbonate que les os arrivés à leur état de développement parfait. 8°...
Page 111 - ... de l'intestin. Du reste, je n'ai pu en découvrir ni dans le sang, ni dans les voies circulatoires. » En continuant leurs migrations, ils pénètrent jusque dans l'intérieur des faisceaux musculaires primitifs, où on les trouve déjà, trois semaines après l'alimentation, en nombre considérable et à un degré de développement tel, que les jeunes entozoaires ont presque atteint les proportions de ceux qui étaient renfermés dans la chair ingérée par l'animal. » Pour être certain qu'avant...
Page 112 - Or, comme les kystes ne se forment que de la quatrième à la sixième semaine, et la crétification probablement après des mois, on peut en conclure que jusqu'ici on n'a reconnu ces cas chez l'homme qu'après qu'était survenue une sorte de guérison, alors que les symptômes se rapportant à l'évolution récente des trichines, étaient oubliés depuis longtemps. En recueillant exactement les antécédents chez les malades qui ont éprouvé les symptômes précités, on verra probablement bientôt...
Page 303 - Nous devons à M. le professeur Steenstrupp (de Copenhague) la connaissance de faits non moins curieux que ceux dont nous venons de faire saisir l'importance. Ils nous apprennent, en effet, que plusieurs espèces végétales et animales se sont éteintes dans des temps bien postérieurs à l'apparition de l'homme, et que d'autres ont disparu depuis lors des lieux qu'elles habitaient primitivement, et ont été remplacées par de nouvelles espèces. Ainsi...
Page 314 - C'était là toute la question ; et, par les pièces que je mets sous les yeux de l'Académie, on voit qu'elle est résolue. Le sang de la mère communique si pleinement avec celui du fœtus, que le principe colorant de la garance, ce même principe qui colore les os de la mère, colore aussi les os du fœtus 3.

Bibliographic information