Œuvres complètes d'Hippocrate. Tr. nouvelle avec le texte grec en regard; accompagnée d'une intr., de comm. [&c.] par É. Littré

Front Cover
1861
1 Review
 

What people are saying - Write a review

We haven't found any reviews in the usual places.

Selected pages

Other editions - View all

Common terms and phrases

Popular passages

Page 77 - ... cet optimisme, qui consiste à trouver tout à merveille dans la nature telle qu'on l'invente , à condition d'admirer également sa sagesse, si, par malheur, on avait découvert qu'elle a suivi d'autres combinaisons; cet optimisme de détail doit être banni de la philosophie, dont le but n'est pas d'admirer , mais de connaître; qui, dans l'étude, cherche la vérité, et non des motifs de reconnaissance.
Page 259 - S'il ya lieu de secourir un homme étranger et pauvre, c'est surtout le cas d'intervenir ; car là où est l'amour des hommes est aussi l'amour de l'art. Quelques malades, sentant que leur mal est loin d'être sans danger et se fiant en l'humanité du médecin, -recouvrent la santé. Il est bien de présider à la maladie pour la guérir, à la santé pour la conserver, à la santé aussi pour y mettre la bonne grâce.
Page 251 - Disgrâce de ceux qui, pour la médecine, s' engagent dans cette voie.) Dans le temps est l'occasion; et dans l'occasion, un temps bref. La guérison se fait dans le temps, parfois aussi dans l'occasion. Celui qui sait cela doit, pour pratiquer la médecine, s'attacher non pas d'abord à la probabilité du raisonnement, mais à l'expérience raisonnée. Le raisonnement est une sorte de mémoire...
Page 5 - Prognostics and Prorrhetics of Hippocrates, translated from the original Greek, with large annotations, critical and explanatory; to which is prefixed a short account of the Life of Hippocrates. By John Moffat. Lond., 1788." "Hippocrates on Air, "Water, and Situation; or, Prognostics, etc. By Francis Clifton, MD Lond., 1734.
Page 205 - Quant au moral, l'homme sage non-seulement sera discret, mais aussi il observera une grande régularité dans sa vie ; cela fait le plus grand bien à la réputation ; ses mœurs seront honorables et irréprochables, et, avec cela, il sera pour tous grave et humain ; car se mettre en avant et se prodiguer excite le mépris, quand même ce serait tout à fait utile. Qu'il se règle sur la licence que lui donne le malade ; car les mêmes choses se présentant rarement aux mêmes personnes sont bienvenues....
Page 359 - C'est très-bien dit, ô Hippocrate ; mais tu ne connais pas la cause de mon rire ; quand tu la connaîtras, je sais que, pour le bien de ta patrie et pour le tien, tu remporteras, avec mon rire, une médecine meilleure que ton ambassade, et pourras donner la sagesse aux autres. En échange, sans doute, tu m'enseigneras, à ton tour, l'art médical , mettant à son prix tout cet intérêt pour les choses sans intérêt qui fait consumer la.
Page 361 - Tu penses qu'il ya de mon rire deux causes, les biens et les maux, mais au vrai, je ne ris que d'un seul objet, l'homme plein de déraison, vide d'œuvres droites, puéril en tous ses desseins, et souffrant, sans aucune utilité, d'immenses labeurs, allant, au gré d'insatiables désirs, jusqu'aux limites de la terre et en ses abîmes infinis, fondant l'argent et l'or, ne cessant jamais d'en acquérir et toujours troublé pour en avoir plus, afin de ne pas déchoir.
Page 389 - Il en est de même des évacuations [artificielles] ; si elles sont telles qu'elles doivent être, elles sont utiles et les malades les supportent facilement; sinon, c'est le contraire : or, il faut prendre en considération le pays, la saison, l'âge, et les maladies dans lesquelles les évacuations...
Page 241 - On considérera aussi ce qui concerne le coucher, soit quant à la saison, soit quant à l'espèce de coucher, les uns couchant en des endroits élevés, les autres en des endroits non élevés, d'autres en des endroits souterrains et 'obscurs. On prendra garde aux bruits et aux odeurs, surtout aux odeurs de vin ; celle-là est la pire ; il faut la fuir et l'écarter.
Page 233 - II n'ya guère de différence entre la sagesse et la médecine ; tout ce qui est de la première se trouve dans la seconde : désintéressement, réserve, pudeur, modestie du vêtement, opinion (saine), jugement, tranquillité, fermeté dans les rencontres propreté, manière sentencieuse, connaissance de ce qui est utile et nécessaire a la vie, fourniture de ce qui purifie, affranchissement de la superstition, précellence divine.

Bibliographic information