Le Temps Retrouvé: Roman

Front Cover
Independently Published, Feb 7, 2017 - 301 pages
Le Temps retrouvé est le septième et dernier tome de À la recherche du temps perdu de Marcel Proust, publié en 1927 à titre posthume.L'oeuvre s'ouvre sur le séjour du narrateur chez Gilberte de Saint-Loup à Tansonville. Une lecture d'un passage inédit du journal des Goncourt entraîne le narrateur dans des réflexions sur l'art et la littérature, d'où il conclut qu'en se demandant « si tous les gens que nous regrettons de ne pas avoir connus parce que Balzac les peignait dans ses livres [...] ne m'eussent pas paru d'insignifiantes personnes, soit par une infirmité de ma nature, soit qu'elles ne dussent leur prestige qu'à une magie illusoire de la littérature ».Résumé : Le début de ce dernier volet se passe encore à Tansonville. Le narrateur, qui voudrait devenir écrivain depuis qu'il est enfant, lit un passage du Journal des Goncourt avant de s'endormir, et cela l'amène à croire qu'il n'est pas capable d'écrire. Il décide de renoncer à devenir écrivain. Nous sommes en pleine Première Guerre mondiale. Le Paris de cette période montre des personnages globalement germanophobes, et totalement préoccupés par ce qui se passe sur le front. Charlus est une exception : il est germanophile. Saint-Loup s'est engagé et il est parti combattre. Il se fait tuer sur le champ de bataille. Après la guerre, le narrateur se rend à une matinée chez la princesse de Guermantes. En chemin, il a de nouveau conscience de son incapacité à écrire. Il attend la fin d'un morceau de musique dans le salon-bibliothèque des Guermantes et le bruit d'une cuiller, la raideur d'une serviette qu'il utilise déclenchent en lui le plaisir qu'il a ressenti autrefois en maintes occasions : en voyant les arbres d'Hudimesnil par exemple. Cette fois-ci, il décide d'approfondir son impression, de découvrir pourquoi certaines sensations le rendent si heureux. Et il comprend enfin que la mémoire involontaire est seule capable de ressusciter le passé, et que l'oeuvre d'art permet de vivre une vraie vie, loin des mondanités, qu'elle permet aussi d'abolir les limites imposées par le Temps. Le héros est enfin prêt à créer une oeuvre littéraire...Biographie : Marcel Proust, né à Paris XVIe (quartier d'Auteuil, 96 rue La Fontaine devenue avenue Mozart) le 10 juillet 1871 et mort à Paris le 18 novembre 1922, est un écrivain français, dont l'oeuvre principale est une suite romanesque intitulée À la recherche du temps perdu, publiée de 1913 à 1927.Issu d'une famille aisée et cultivée (son père est professeur de médecine à Paris), Marcel Proust est un enfant de santé fragile et toute sa vie il a des difficultés respiratoires graves causées par l'asthme. Très jeune, il fréquente des salons aristocratiques où il rencontre artistes et écrivains, ce qui lui vaut une réputation de dilettante mondain. Profitant de sa fortune, il n'a pas d'emploi et il entreprend en 1895 un roman qui reste à l'état de fragments (publiés en 1952, à titre posthume, sous le titre Jean Santeuil)...Extrait : Les jambes, les bras sont pleins de souvenirsengourdis. Une réminiscence éclose en mon bras m'avaitfait chercher derrière mon dos la sonnette, comme dans machambre de Paris. Et ne la trouvant pas, j'avais appelé : « Albertine», croyant que mon amie défunte était couchée auprèsde moi, comme elle faisait souvent le soir, et que nous nous endormionsensemble, comptant, au réveil, sur le temps qu'il faudraità Françoise avant d'arriver, pour qu'Albertine pût sansimprudence tirer la sonnette que je ne trouvais pas.Robert vint plusieurs fois à Tansonville pendant que j'y étais.Il était bien différent de ce que je l'avais connu. Sa vie nel'avait pas épaissi, comme M. de Charlus, tout au contraire,mais, opérant en lui un changement inverse, lui avait donnél'aspect désinvolte d'un officier de cavalerie - et bien qu'il eûtdonné sa démission au moment de son mariage...

What people are saying - Write a review

We haven't found any reviews in the usual places.

Other editions - View all

About the author (2017)

Proust is one of the seminal figures in modern literature, matched only in stature by Joyce, Woolf, Mann and Kafka. By the last decade of the 19th century, the charming and ambitious Proust, born into a wealthy bourgeois family, was already a famous Paris socialite who attended the most fashionable salons of the day. The death of his parents in the early years of the 20th century, coupled with his own increasingly ill health, made of Proust a recluse who confined himself to his cork-lined bedroom on the Boulevard Haussmann. There he concentrated on the composition of his great masterpiece, Remembrance of Things Past (1913-27). In recent years, it was discovered that he had already prepared a first draft of the work in the 1890s in Jean Santeuil, which was only published posthumously in 1952. Remembrance of Things Past resists summary. Seeming at turns to be fiction, autobiography, and essay, Remembrance is a vast meditation on the relationship between time, memory, and art. In it the narrator, who bears the same first name as the author, attempts to reconstruct his life from early childhood to middle age. In the process, he surveys French society at the turn of the century and describes the eventual decline of the aristocracy in the face of the rising middle class. The process of reconstruction of Marcel's past life is made possible by the psychological device of involuntary memory; according to this theory, all of our past lies hidden within us only to be rediscovered and brought to the surface by some unexpected sense perception. In the final volume of the work, the narrator, who has succeeded in recapturing his past, resolves to preserve it through the Work of Art, his novel. He died of pneumonia and a pulmonary abscess in 1922. He was buried in the Père Lachaise Cemetery in Paris.

Bibliographic information