Recherches sur les monnaies des comtes de Namur

Front Cover
M. Hayez, 1860 - Numismatics - 146 pages
0 Reviews
 

What people are saying - Write a review

We haven't found any reviews in the usual places.

Common terms and phrases

Popular passages

Page 10 - Luxembourg, et qui termina les longues contestations qu'avait fait naître le partage de la succession de Henri, attribuait le château de Poilvache au comte de Luxembourg, qui le tiendrait en fief des comtes de Namur. En 1342, Jean de Bohème vendit, pour la somme de 33,000 florins de Florence, le château et la prévôté de Poilvache à Marie d'Artois , comtesse douairière de Namur, avec faculté de réméré pendant trois ans. Il semble résulter d'un acte du 13 juillet 1343 que, à cette date,...
Page 95 - I, ou à son fils Guillaume II. Sous Jean III dont on ne possède, au reste, qu'un petit nombre de monnaies, la brisure a tout à fait disparu. La conclusion qu'il est permis, nous semble-t-il, de tirer de tout cela, c'est que la brisure fut mise par Gui sur les armoiries de Namur, dans...
Page 95 - Flandre, puisque le même personnage portait le même écusson plein pour la Flandre et brisé pour Namur. Ce lion à la bande, primitivement armoiries de famille, était devenu celles d'un pays. Jean I, successeur de Gui, continue à porter le lion à la bande, mais il y ajoute une différence nouvelle ; il met sur la tête du lion, une couronne à trois fleurons. Sur quelques monnaies de Jean II la bande commence à disparaître. La seule monnaie avec écusson, que nous ayons de Philippe III, offre...
Page 41 - Dinant, du 26 juillet 1199. Cette paix enlevait à Philippe les comtés de Durbui et de la Roche , ainsi que la partie du comté de Namur située sur la rive droite de la Meuse, jusqu'à la forêt d'Arche. Ce territoire démembré comprenait principalement ce qui forma plus tard la prévôté de Poilvache, rachetée par Marie d'Artois, en 1342 '. Philippe mourut le 9 octobre 1212, sans laisser de postérité.
Page 94 - Namur, eut d'abord un sceau aux armes particulières de sa famille, de gueules à deux léopards d'or, brisées d'un lambel à cinq pendants. Sa mère étant devenue comtesse de Flandre, il prit, alors, et avant la mort de son frère aîné , Guillaume, le lion de Flandre avec le bâton péri en bande, pour brisure. On connaît de lui deux sceaux de cette époque. La bande...
Page 10 - И 99, entre Philippe le Noble, comte de Namur, et Thibaut de Bar, comte de Luxembourg, et qui termina les longues contestations qu'avait fait naître le partage de la succession de Henri, attribuait le château de Poilvache au comte de Luxembourg, qui .le tiendrait en fief des comtes de Namur.
Page 27 - Marne, mais quelques années plus tôt, si l'on en croit l'Arl de vérifier les dates. En 973 , disent les auteurs de cet ouvrage , il se rangea du parti des enfants de Régnier III , comte de Hainaut , dans la lutte qu'ils engagèrent pour récupérer leur patrimoine dont Brunon les avait dépouillés. Sa femme, Ermengarde, fille de Charles de France, duc de Lotharingie, lui avait apporté en dot la partie du comté située sur la rive droite de la Meuse. Il en eut deux fils et deux filles : Robert...
Page 65 - J'aimerais faire quelques observations à propos de ces pièces : 1) Rien ne nous permet d'attribuer avec certitude ces monnaies à Jean Ier plutôt qu'à Jean II (1331-1335), puisqu...
Page 47 - H est possible que Gui ait fait frapper monnaie à Namur dès qu'il fut en possession du comté, mais ce ne sont certainement pas des esterlins à tête, dont le type ne fut introduit dans nos provinces qu'environ vingt ans après. Au mois de février 1283, Gui donna un octroi à Ubiert Alion, citoyen d'Ast, et à ses compagnons pour fabriquer des monnaies, à Namur, pendant deux ans. Cet octroi, que M. Piot a publié dans la Revue de la numismatique belge, tome I, page 40, contient, au milieu des...
Page 94 - Male, avait pu être apporté, vers 1405, à la mort de Marguerite de Flandre. Si l'époque et la cause de la suppression de cette brisure sont restées incertaines, on n'est guère mieux renseigné sur son origine. Philippe le Noble porte, sur le sceau que nous a conservé Olivier de Wrée, le lion au bâton péri en bande. Il était le second fils de Baudouin V, comte de Hainaut, et le frère de Baudouin VI , comte de I h mai il et de Flandre, qui prit le lion de Flandre pour armoiries.

Bibliographic information