Quintus Horatius Flaccus: cum variis lectionibus argumentis, notis veteribus ac novis, quibus accedit recens omniumque locupletissimus, Volume 3

Front Cover
colligebat Nicolaus Eligius Lemaire, 1831
0 Reviews
 

What people are saying - Write a review

We haven't found any reviews in the usual places.

Selected pages

Other editions - View all

Common terms and phrases

Popular passages

Page 38 - J'ai vécu plus que toi ; mes vers dureront moins ; Mais au bord du tombeau je mettrai tous mes soins A suivre les leçons de ta philosophie, A mépriser la mort en savourant la vie, A lire tes écrits pleins de grâce et de sens, Comme on boit d'un vin vieux qui rajeunit les sens.
Page 231 - A Poetical Translation of the Works of Horace, with the original text, and critical Notes collected from his best latin and french Commentators, by the Rev.
Page 4 - Q. HORATII FLACCI EPISTOLARUM LIBER SECUNDUS. EPISTOLA I. QUUM tot sustineas et tanta negotia solus, Res ítalas armis tuteris, moribus ornes, Legibus emendes ; in publica commoda peccem, Si longo sermone morer tua tempora, Caesar.
Page 37 - Ce monde, tu le sais, est un mouvant tableau Tantôt gai, tantôt triste, éternel, et nouveau. L'empire des Romains finit par Augustule; Aux horreurs de la Fronde a succédé la bulle : Tout passe , tout périt , hors ta gloire et ton nom. C'est là le sort heureux des vrais fils d'Apollon: Tes vers en tout pays sont cités d'âge en âge. Hélas! je n'aurai point un pareil avantage. Notre langue un peu sèche et sans inversions Peut-elle subjuguer les autres nations? Nous avons la clarté, l'agrément,...
Page 38 - Jouissons, écrivons, vivons, mon cher Horace. J'ai déjà passé l'âge où ton grand protecteur, Ayant joué son rôle en excellent acteur, Et sentant que la mort assiégeait sa vieillesse, Voulut qu'on l'applaudît lorsqu'il finit sa pièce. J'ai vécu plus que toi ; mes vers dureront moins. Mais au bord du tombeau je mettrai tous mes soins A suivre les leçons de ta philosophie, A mépriser la mort en savourant la vie, A lire tes écrits pleins de grâce et de sens, Comme on boit d'un vin vieux...
Page 38 - J'ai moins écrit que toi , j'ai voulu moins de gloire. J'arrivai moins brillant au temple de mémoire. J'aimai les voluptés , les jeux et le loisir : J'eus des momens d'étude , et des jours de plaisir. Né sous un ciel heureux , j'en sentis l'influence : J'abandonnai ma vie à la molle indolence : Et mon goût pour les arts , mes faciles talens, Variaient mon bonheur et servaient mes penchans.
Page 39 - Glycère au déclin d'un beau jour, Couché sur des carreaux disposés pour l'amour ; Tandis que la vapeur des parfums d'Arabie Pénétrait et mes sens et mon...
Page 230 - The Odes and Satyrs of Horace done into English by the most eminent Hands, with his Art of Poetry, by the Earl of Roscommon. Lond.
Page 30 - Horatio, quamquam illi epodos intervenit, reperiatur. at lyricorum idem Horatius fere solus legi dignus: nam 'et insurgit aliquando et plenus est iucunditatis et gratiae et varius" figuris et verbis felicissime audax.
Page 224 - Découverte de la Maison de campagne d'Horace. Ouvrage utile pour l'intelligence de cet Auteur, et qui donne occasion de traiter d'une suite considérable de lieux antiques, par M.

Bibliographic information