L'hermite de la Chaussée-d'Antin: ou, Observations sur les moeurs et les usages parisiens au commencement du XIXe siècle, Volume 2

Front Cover
Pillet, 1815 - France
 

Other editions - View all

Common terms and phrases

Popular passages

Page 354 - L'âme entière frémit en contemplant tant de néant et tant •de grandeur. Lorsqu'on cherche une expression assez magnifique pour peindre ce qu'il ya de plus élevé, l'autre moitié de l'objet sollicite le terme le plus bas, pour exprimer ce qu'il ya de plus vil.
Page 354 - Que sommes-nous, foibles atomes, Pour porter si loin notre orgueil? Insensés ! nous parlons en maîtres, Nous qui, dans l'océan des êtres, Nageons tristement confondus; Nous, dont l'existence légère, Pareille à l'ombre passagère, Commence...
Page 101 - ... sur le profane, comme sur le sacré ; qui ne laisse partout où il a passé, que la ruine et la désolation ; qui creuse jusque dans les entrailles de la terre, et va s'attacher aux choses les plus cachées ; qui change en de viles cendres, ce qui nous...
Page 272 - Jaco ! très-distinct. Pour ne gêner personne , la bonne dame s'empressa de mettre la cage sous ses pieds ; mais l'oiseau gris , que l'obscurité contrariait sans doute, s'en prit à la jambe du gros homme , qu'il pinça de manière à lui faire jeter un cri épouvantable ; les ris , le vacarme allaient en augmentant ; il fallut encore avoir recours au conducteur, qui, sur la requête du plaignant et l'exhibition de sa jambe entamée dans le vif , prononça le renvoi du perroquet malencontreux....
Page 266 - Saint-Cloud: aussi l'avait-elle muni, dans cette circonstance, contre tous les dangers, mais non pas contre tous les inconvénients de la route. Il avait, dans sa poche, deux gros pistolets d'arçon (dont il eût été, je crois, bien embarrassé de se servir), une canne à sabre et un couteau de chasse ; un parapluie à canne dans son fourreau de toile verte ; une houpelande et un bonnet de laine à coiffe, au mois de juillet ; de plus un panier avec deux bouteilles de vin et un morceau de veau...
Page 74 - L'Académie et Roubaud définissent la vogue : Un concours excité par la réputation , le crédit , l'estime, et par la préférence aux autres objets du même genre. Cette définition n'est pas exacte ; et pour peu que l'on parcoure la liste des gens , des ouvrages et des choses qui ont, ou qui ont eu la vogue, on verra que plusieurs des caractères qui lui sont assignés ne leur conviennent pas.
Page 351 - L'Église encor naissante y cacha ses enfants, Jusqu'au jour où, du sein de cette nuit profonde:, Triomphante, elle vint donner des lois au monde, Et marqua de sa croix les drapeaux des Césars. Jaloux de tout connaître, un jeune amant des arts...
Page 269 - ... de tems en tems les yeux l'un sur l'autre, avec l'expression de la plus profonde douleur ; un peu plus loin, une mère au moment de se séparer de son fils, appelé sous les drapeaux du plus puissant des monarques, du plus grand des capitaines, lui prodiguait les témoignages de la plus vive tendresse : le jeune homme y répondait avec amour ; mais tout fier de ses premières épaulettes, tout entier...
Page 237 - Ce que les hommes ont nommé amitié n'est qu'une société, un ménagement réciproque d'intérêts, un échange de bons offices ; ce n'est enfin qu'un commerce où l'amour-propre [amour de soi] se propose toujours quelque chose à gagner.
Page 56 - ... de deux chaises d'église rempaillées à neuf et d'un petit poêle de faïence qu'on peut chauffer pendant deux jours au moyen d'un cotret coupé en quatre. Ajoutez à cela un pot à l'eau et sa cuvette en faïence de couleur, un chandelier et une écritoire, et vous aurez l'idée la plus exacte du mobilier d'un étudiant en droit. Une bonne grosse servante picarde suffit au service de tous les locataires de l'hôtel.

Bibliographic information