Chroniques du Béarn: depuis les temps les plus reculés jusqu'à nos jours ...

Front Cover
Au Comptoir des imprimeurs-unis, 1847 - Béarn (France)
0 Reviews
 

What people are saying - Write a review

We haven't found any reviews in the usual places.

Selected pages

Common terms and phrases

Popular passages

Page 130 - Dieu est esprit ; et il faut que ceux qui l'adorent, l'adorent en esprit et en vérité.
Page 462 - J'ai quelquefois aimé; je n'aurais pas alors Contre le Louvre et ses trésors, Contre le firmament et sa voûte céleste, Changé les bois, changé les lieux, Honorés par les pas, éclairés par les yeux De l'aimable et jeune bergère Pour qui sous le fils de Cythère Je servis engagé par mes premiers serments.
Page 162 - Tous les citoyens de l'empire sont obligés de s'inscrire dans le livre du cens, devenu un livre de proscription. De crainte qu'on ne dérobe quelque partie de sa fortune à l'avidité de l'empereur, on force, par la violence des supplices, les enfants à déposer contre leurs pères, les esclaves contre leurs maîtres, les femmes contre leurs maris. Souvent les bourreaux contraignent des malheureux à s'accuser eux-mêmes et à s'attribuer des richesses qu'ils n'ont pas.
Page 217 - Lucien nous apprend que, sous le règne de Commode, la province de Pont, sa patrie, était pleine d'épicuriens et de chrétiens. Dion Cassius, au commencement du troisième siècle, avoue que cette superstition, souvent réprimée, était plus forte que les lois et faisait tous les jours de nouveaux progrès. Plutarque...
Page 14 - L'année d'après il fut nommé à l'archevêché de Toulouse. Il écrivit fort humblement à Innocent X pour avoir ses bulles, et se comparoit...
Page 217 - bourgades, vos conseils, vos camps, vos tribus, vos décuries, " le palais , le sénat , la place publique ; nous ne vous laissons que « vos temples. Ne serions-nous pas bien propres à la guerre , « même à forces inégales , nous qui nous laissons égorger si vo« lontiers, si ce n'était une de nos maximes qu'il vaut mieux se « laisser tuer que de tuer les autres?
Page 155 - Proculus, who was a native of Albengue on the Genoese coast, armed two thousand of his own slaves. His riches were great, but they were acquired by robbery. It was afterwards a saying of his family, sibi non placere esse vel principes vel latrones.
Page 487 - Antonii, hodie Vice-comitis Biterrensis, cum uxore sua Adoyra, itidemque Asinarii, nunc etiam Lupiniacensis ac Solensis Vice-comitis, cum Gerberga uxore sua. Qui omnes de infidelium spoliis monasterium suscitarunt, et clericos...
Page 160 - D'ailleurs , en nous ordonnant de rendre à César ce qui est à César et à Dieu ce qui est à Dieu, le...
Page 140 - C'est lui qu'on nomme le Christ. Pilate, à la demande des chefs de notre nation , le condamna au supplice de la croix; mais ses disciples lui demeurèrent fidèles. Il leur apparut vivant, trois jours après sa mort, ainsi que J'avaient prédit les prophètes.

Bibliographic information