Histoire de France, Volume 9

Front Cover
Hachette, 1856 - France
0 Reviews
 

What people are saying - Write a review

We haven't found any reviews in the usual places.

Other editions - View all

Common terms and phrases

Popular passages

Page 449 - Navarre, Navarre!... Ma nourrice, pensant que ce fût le roi mon mari, court vilement à la porte. Ce fût un gentilhomme nommé M. de Tejean, qui avait un coup d'épée dans le coude et un coup de hallebarde dans le bras, et...
Page 450 - Moy sentant ces hommes qui me tenoient, je me jette à la ruelle, et luy après moy, me tenant tousjours à travers du corps. Je ne connoissois point cet homme, et ne sçavois s'il venoit là pour m'offenser, ou si les archers en vouloient à luy ou à moy. Nous crions tous deux, et estions aussi effrayés l'un que l'autre.
Page 449 - Il se jeta dessus mon lit. Moi, sentant ces hommes qui me tenoient, je me jette à la ruelle, et lui après moi, me tenant toujours à travers du corps. Je ne connoissois point cet homme, et ne...
Page 437 - Guise, pour lui dire et espressément commander qu'il se retirast en son logis, et qu'il se gardast bien de rien entreprendre sur l'admirai, ce seul commandement faisant cesser tout le reste. Mais, tôt après le gentilhomme retournant nous dit que M.
Page 109 - ... tachés, usés dans les prisons, et qui souvent, jusqu'au bûcher, firent l'office de confesseurs, et soutinrent la foi des martyrs, on est tenté de s'écrier : « 0 petits livres ! petits livres! pauvres témoins des souffrances de la liberté religieuse, soyez bénis au nom de la liberté so'ciale ! Si quelque chose reste en vous des grands cœurs qui vous ont touchés, puisse cela passer dans le nôtre ! » Plût au ciel qu'on pût raconter tout ce qui s'accomplit alors! Mais les dangers...
Page 109 - En touchant ce qui reste encore de ces vieilles éditions, ces volumes tachés, usés dans les prisons, et qui souvent, jusqu'au bûcher, firent l'office de confesseurs, et soutinrent la foi des martyrs, on est tenté de s'écrier : « 0 petits livres ! petits livres! pauvres témoins des souffrances de la liberté religieuse, soyez bénis au nom de la liberté so'ciale ! Si quelque chose reste en vous des grands cœurs qui vous ont touchés, puisse cela passer dans le nôtre ! » Plût au ciel qu'on...
Page 453 - Saint-Jean-d'Angély, le capitaine de Piles ; c'était comme un adversaire, un ennemi personnel. A ce titre, il était sacré. De Piles le sentait, et, dans la cour, devant ce monceau de morts sur lequel il devait tomber, il lança au balcon du roi un cri foudroyant, le sommant de sa parole, à faire 'trembler la cour du Louvre. Il entendit et fit le sourd. Alors de Piles, arrachant de ses épaules un manteau de valeur, le tend à un gentilhomme : « Prenez, monsieur, et souvenez-vous!
Page 437 - ... jugement , espris de terreur et d'appréhension des grands désordres qui s'alloient lors commettre; et pour y obvier, envoyasmes soudainement...
Page 450 - Nançay, capitaine des gardes, y vînt, qui, me trouvant en cet état, encore qu'il y eût de la compassion, ne se put tenir de rire et se courrouça fort aux archers de cette indiscrétion, les fit sortir et me donna la vie de ce pauvre homme qui me tenoit, lequel je fis coucher et panser dans mon cabinet jusqu'à ce qu'il fût guéri.
Page 111 - Paris, gardant la séve austère et pure de ses montagnes du Jura, fit hardiment des psaumes un chant d'amis, un chant de frères, une musique à quatre parties. Jean-Jacques Rousseau confesse avoir reçu en naissant la puissante inspiration de ces vieux chants de Goudimel. Et que d'hommes ils ont soutenus ! Lorsque Rabaut, aux landes, aux déserts des Cévennes, resta trente années sous le ciel, sans reposer sous un toit, lorsque le Vaudois...

Bibliographic information