Le Jura bernois: notices historiques sur les villes et les villages du Jura bernois, Volume 2

Front Cover
Impr. V. Michel, 1868 - 326 pages
0 Reviews
 

What people are saying - Write a review

We haven't found any reviews in the usual places.

Common terms and phrases

Popular passages

Page 82 - ... puis d'autres encore. Les anachorètes se voyaient ainsi transformés en cénobites, et la vie commune s'établissait involontairement et inopinément au sein des forêts les plus reculées. D'ailleurs, ils avaient beau fuir de solitude en solitude; ils étaient relancés, atteints, entourés, importunés sans cesse, non plus seulement par des disciples ambitieux de vivre comme eux de silence et de prière, mais par les populations elles-mêmes. Rassurées et confiantes, et se familiarisant à...
Page 82 - ... travail et de charité, elles y suivaient leur piste, et, quand elles les avaient découverts, c'était un assaut continuel, les uns apportant des offrandes, les autres demandant des aumônes, des prières, des conseils, tous implorant la guérison de toutes les douleurs du corps et de l'âme. Les riches affluaient comme les pauvres, pour peu que la main de Dieu ou des hommes les eût affligés. Les veuves et les orphelins , les boiteux et les aveugles, les paralytiques et les épileptiques,...
Page 82 - Mais lui se leva et se laissa guider par le son mystérieux à travers les hauts plateaux et les gorges étroites de la vallée du Doubs jusqu'à la fontaine jaillissante où il se fixa et qui a gardé son nom jusqu'à nos jours (4).
Page 81 - ... et, s'ils sont plusieurs, un oratoire avec un petit cloître. Tantôt ils se creusent une cellule dans le roc, où le lit, le siége, la table, sont également taillés dans la pierre 1.
Page 82 - Les anciens auteurs qui racontent ces divers traits et bien d'autres du même ordre sont unanimes à reconnaître que cet empire surnaturel des saints moines sur la créature animale s'expliquait par l'innocence primitive qu'avaient reconquise ces héros de la pénitence et de la pureté, et qui les replaçait au niveau d'Adam et d'Eve dans le Paradis terrestre. La rage des bêtes féroces, dit l'un, obéit à celui qui mène la vie des anges , comme elle obéissait à nos premiers parents avant...
Page 184 - Si quelqu'un hypothèque à quelqu'un d'autre le bien cf autrui, et que le propriétaire de ce bien soit présent sans s'y opposer, il ne pourra plus le faire dans la suite et l'hypothèque restera valable. Si quelqu'un trouve son bien entre les mains d'autrui, qui lui a été volé ou pillé, il ne l'attaquera que par la voie de la justice, et il sera obligé d'affirmer par devant le juge que ce bien est à lui. Mais si celui entre les mains duquel le bien se trouve, oppose qu'il l'a acheté sur...
Page 81 - ... la culture, du travail et de la civilisation chrétienne. Les voilà donc, ces hommes de prière et de pénitence, qui sont en même temps les hardis pionniers de la civilisation chrétienne et de la société moderne; les voilà qui entament par mille coins à la fois tout ce monde de la nature sauvage et brute. Ils s'enfoncent dans ces ténèbres, ils y portent avec eux la lumière, une lumière qui ne s'éteindra plus : et cette lumière, gagnant...
Page 81 - ... abattre les arbres sacrés et déraciner ainsi la superstition populaire. Mais bien plus souvent ils y pénètrent, avec un disciple ou deux tout au plus, à la recherche de quelque retraite profonde et solitaire, inaccessible aux hommes, et où il leur sera permis d'être tout à Dieu. Aucun obstacle, aucun danger ne les arrête. Plus la noire profondeur des forêts est effrayante, plus elle les attire5.
Page 313 - ... dans une léproserie. En liberté, le lépreux « ne pouvait entrer dans une église, dans un « moulin, ni dans un lieu où l'on cuisait le « pain; il lui était interdit de se laver dans les « ruisseaux et les fontaines ; il ne devait ton« cher aux aliments ou autres objets qui lui « élaient nécessaires qu'en se servant d'une « baguette. Enfin, il était forcé de porter tou...
Page 183 - Colmar, dans la ville , pardevant notre juge. Si un bourgeois terrasse l'autre, s'il l'attaque à main armée , ou si un bourgeois saisit l'autre ou fait qu'il soit constitué prisonnier, ou qu'il lui rende une visite passible d'amende, tous ceux-ci encourront notre disgrâce. Un bourgeois qui battra et maltraitera un habitant du pays dans la ville de Colmar, sera tenu de payer trois sols d'amende. Celui qui prendra les armes dans la ville de Colmar malicieusement et qu'il en arrive une émotion,...

Bibliographic information