État de la France, Volume 2

Front Cover
1737
1 Review
 

What people are saying - Write a review

User Review - Flag as inappropriate

p 174 Trb

Selected pages

Other editions - View all

Common terms and phrases

Popular passages

Page 232 - Greffier y fait^ le&ura des points & des délibérations en la même forme j le Tiers-Etat pafle incontinent après dans la chambre de la Noblefle , & y fait la même chofe. Ces conférences particulieres étant finies , les trois corps- en tiennent une générale dans la grande falle , où les délibérations fe terminent en la maniere fuivante.
Page 217 - ... accufer aucune d'avoir donné occafion à des doutes fur cela; & fans perdre de vue les Artéfiens, voyez ce qu'en dit en plufieurs endroits l'Intendant , Auteur du Mémoire adrefTé à Mr. le Duc de Bourgogne. „ Ils font dociles, ouverts, foumis & recon
Page 307 - ... produit, année commune, plus de 100,000 tonneaux; mais par rapport au commerce, il y faut comprendre tous les vins qui se tirent du Languedoc et de la Guienne, les blés de Bretagne, du Poitou, de l'Auvergne et de la haute Beauce, qui sont amassés en magasins par les marchands pour les débiter à leur plus grand avantage. Les épiceries viennent de Provence par Lyon, ou des...
Page 232 - Corps , deux emportant le troifieme , excepté dans les matieres de pure grace , où le concours des trois corps eft toujours néceflaire, . La Chambre Eccléfiaftique eft com.pofée des Evêques d'Arras & de S. ** Orner , des Abbés de S. Waft , d'An;chin & de S.
Page 352 - Mer et Beaugency, dans lesquels il se distribue jusqu'à 900 muids, dont le prix passe 2,070,000 livres ; mais les deux années suivantes, elle diminua très-considérablement à l'occasion de ce que ceux qui étoient chargés de la conduite des sels sur la rivière de Loire en distribuèrent beaucoup pour leur profit particulier. On a eu bien de la peine à la rétablir par des punitions et des poursuites rigoureuses contre les vendeurs et acheteurs ; toutefois, elle est revenue à 900 munis, et...
Page 312 - Les raisons de ce grand empressement sont : \° les exemptions attachées à ces charges; 2° la considération et le crédit qu'elles donnent à ceux qui en sont revêtus; 3° l'incertitude des revenus de la plupart des bourgeois , qui consistent ordinairement en vignes; 4° le manque d'occupation qui vient des pertes des biens arrivées dans les familles, dont les enfants ont néanmoins une bonne éducation, et qui, par ces pertes, se trouvent éloignés des routes de la fortune, mais néanmoins...
Page 311 - il y avait autrefois un trèsgrand négoce de tanneries, mais les grandes impositions dont les cuirs sont chargés, l'ont fait absolument tomber dans ces deux villes. » ... Le commerce étant aussi bas que l'auteur l'a représenté dans le discours précédent, il- s'ensuit qu'il ya peu de monde qui s'en mêle, tant parce que la plupart du pays est éloignée des lieux où on peut le faire, ot des rivières navigables, que parce que la misère y est un obstacle invincible...
Page 219 - Commerce de l'Artois roule fur les grains , le lin , le houblon , les laines , les huiles de Coflas & de Navette , & la Toile fabriquée àBrthune , Aite, S.
Page 120 - Paris, il s'en est débité pour cent vingt mille livres dans l'année 1689, et qu'il s'est fait une consommation de la fabrique de la bierre de quatre-vingt mille septiers d'orge, sans compter le bled pour la bierre blanche, d'où l'auteur infère que le véritable remède au mal serait de charger la bierre de quelques grands droits, afin de décourager les brasseurs, et dégoûter le peuple, qui cherche le bon marché. » (Etat de la France, n

Bibliographic information