Afrique: Esquisse générale de l'Afrique et Afrique ancienne

Front Cover
 

What people are saying - Write a review

We haven't found any reviews in the usual places.

Other editions - View all

Common terms and phrases

Popular passages

Page 38 - Régulus serait cultivé aux frais de la république ; qu'on tirerait du trésor l'argent nécessaire pour racheter les objets volés, et que les enfants et la femme du proconsul seraient, pendant son absence, nourris aux dépens du peuple romain.
Page 168 - Les Machlyes laissent croître leurs cheveux sur le derrière de la tête , et les Auséens sur le devant. Dans une fête que ces peuples célèbrent tous les ans en l'honneur de Minerve , les filles , partagées en deux troupes , se battent les unes contre les autres à coups de pierres et de bâtons. Elles disent que ces...
Page 72 - C'est aussi des Libyens que les Grecs ont appris à atteler quatre chevaux à leurs chars. Les Libyens nomades enterrent leurs morts comme les Grecs : j'en excepte les Nasamons, qui les enterrent assis, ayant soin, quand quelqu'un rend le dernier soupir, de le tenir dans cette attitude, et prenant garde qu'il n'expire couché sur le dos. Leurs...
Page 168 - Machlyes laissent pousser leurs cheveux sur le derrière de la tête, les Auses sur le devant. Lors d'une fête annuelle d'Athéna, leurs jeunes filles, partagées en deux camps, combattent les unes contre les autres à coups de pierres et de bâtons, accomplissant ainsi, disent-elles, une cérémonie instituée par leurs pères en l'honneur de la divinité indigène que nous appelons Athéna ; celles d'entre elles qui meurent de leurs blessures sont appelées de fausses vierges. Avant de les laisser...
Page 79 - Les traits les plus généraux de cette transformation du régime municipal, ceux que des témoignages plus ou moins précis, plus ou moins complets, font retrouver à peu près au même degré dans toutes les grandes villes, sont les suivants : La curie, le corps des décurions cessa d'être responsable de la levée des impôts dus au fisc...
Page 133 - la terreur était le mobile de cette religion, qui avait soif de sang et s'environnait des plus noires images. A voir les abstinences, les tortures volontaires, et surtout les horribles sacrifices dont elle faisait un devoir aux vivants, on s'étonne peu que les morts aient pu leur sembler dignes d'envie.
Page 116 - Appien, disposait d'une nombreuse armée qu'il faisait travailler jour et nuit ; et les Carthaginois , qui d'abord avaient ri de ce projet gigantesque , allaient se trouver entièrement bloqués; car, ne pouvant recevoir de vivres par terre , et la mer leur étant fermée , la faim les eût contraints de se rendre à discrétion. C'est alors qu'ils entreprirent d'ouvrir une nouvelle issue dans une autre partie de leur port qui regardait la pleine mer. Ils choisirent ce point parce que la profondeur...