Dictionnaire philosophique, Volume 1

Couverture
Lequien fils, 1829
4 Avis
 

Avis des internautes - Rédiger un commentaire

Dictionnaire philosophique

Avis d'utilisateur  - Virgule-Magazine - Babelio

Dictionnaire philosophique par Voltaire En 1764, Voltaire a fait paraître la première édition de son Dictionnaire philosophique. C’est la somme des réflexions et des combats de toute une vie. Il y ... Consulter l'avis complet

Dictionnaire philosophique

Avis d'utilisateur  - vincentf - Babelio

Dictionnaire philosophique par Voltaire Voltaire est à la fois terriblement daté et terriblement d'actualité. Il semble souvent enfoncer des portes ouvertes, lorsqu'il montre que la bible ne raconte ... Consulter l'avis complet

Autres éditions - Tout afficher

Expressions et termes fréquents

Fréquemment cités

Page 281 - Athènes me montra mon superbe ennemi. Je le vis, je rougis, je pâlis à sa vue; Un trouble s'éleva dans mon âme éperdue; Mes yeux ne voyaient plus, je ne pouvais parler; Je sentis tout mon corps et transir et brûler.
Page 219 - N'avez-vous pas lu. ces paroles que Dieu vous a dites : Je suis le Dieu d'Abraham, le Dieu d'Isaac, le Dieu de Jacob ? or Dieu n'est pas le Dieu des morts, mais des vivants.
Page 281 - Je le vis, je rougis, je pâlis à sa vue; Un trouble s'éleva dans mon âme éperdue; Mes yeux ne voyaient plus, je ne pouvais parler; Je sentis tout mon corps et transir et brûler. Je reconnus Vénus et ses feux redoutables, D'un sang qu'elle poursuit tourments inévitables.
Page 341 - Toute la question de la prééminence «entre les anciens et les modernes, étant « une fois bien entendue, se réduit à savoir « si les arbres qui étaient autrefois dans nos « campagnes étaient plus grands que ceux
Page 342 - Anciens avaient plus d'esprit que nous, c'est donc que les cerveaux de ce temps-là étaient mieux disposés, formés de fibres plus fermes ou plus délicates, remplis de plus d'esprits animaux; mais en vertu de quoi les cerveaux de ce temps-là auraient-ils été mieux disposés? Les arbres auraient donc été aussi plus grands et plus beaux; car si la nature était alors plus jeune et plus vigoureuse, les arbres, aussi bien que les cerveaux des hommes, auraient dû se sentir de cette vigueur et...
Page 397 - Je parus un peu scandalisé ; elle s'excusa en disant qu'il valait mieux manger son ennemi mort que de le laisser dévorer aux bêtes, et que les vainqueurs méritaient d'avoir la préférence. Nous tuons en bataille rangée ou non rangée nos voisins, et pour la plus vile récompense nous travaillons à la cuisine des corbeaux et des vers.
Page 266 - Maximes des saints, d'après le bienheureux François de Sales : « Je n'ai presque point de désirs ; mais, si j'étais à renaître, je n'en aurais point du tout. Si Dieu venait à moi, j'irais aussi à lui; s'il ne voulait pas venir à moi, je me tiendrais là et n'irais pas à lui.
Page 259 - Je dis vertueuses , car les méchants n'ont que des complices; les voluptueux ont des compagnons de débauche ; les intéressés ont des associés; les politiques assemblent des factieux; le commun des hommes oisifs a des liaisons ; les princes ont des courtisans; les hommes vertueux ont seuls des amis.
Page 204 - Pensée; mais peut-être ne serons-nous jamais capables de connaître si un être purement matériel pense ou non, par la raison qu'il nous est impossible de découvrir par la contemplation de nos propres idées, sans Révélation, si Dieu n'a point donné à quelques amas de matière disposés comme il le trouve à propos, la puissance d'apercevoir et de penser; ou s'il a joint et uni à la Matière ainsi disposée une substance immatérielle qui pense.
Page 359 - Déjà George , le Mars de l'Angleterre , était descendu du haut de l'empyrée, monté sur le coursier immortel devant qui les plus fiers chevaux du Limousin fuient, comme les brebis bêlantes et les tendres agneaux se précipitent en foule les uns sur les autres pour se cacher dans la bergerie à la vue d'un loup terrible, qui sort du fond des forêts, les yeux étincelants , le poil hérissé, la gueule écumante , menaçant les troupeaux et le berger de la fureur de ses dents avides de carnage.

Informations bibliographiques