Etudes d'art étranger (Google eBook)

Front Cover
Société dv Mercvre de France, 1906 - Music - 471 pages
0 Reviews
Analyse: Josef Mehoffer, Rimskij Korsakov, Gustave Mahler, Böcklin, Hermann Urban, Nicolas Gysis, Nikoulae Grigoresco, Blasco Ibañez, Karel Kovarovic, Johann Strauss, Albert Welti, Edvard Munch, Edgar Tinel, etc.
  

What people are saying - Write a review

We haven't found any reviews in the usual places.

Common terms and phrases

Popular passages

Page 455 - Du temps que la Nature en sa verve puissante Concevait chaque jour des enfants monstrueux, J'eusse aimé vivre auprès d'une jeune géante, Comme aux pieds d'une reine un chat voluptueux.
Page 205 - J.'ai passé bien des nuits en voiture à courir les champs roumains : j'ai toujours vu les routes pleines de ces convois assoupis. Ils se remettent en marche, puis reprennent leur somme et l'interrompent de nouveau et s'avancent encore, et quelquefois un paysan, qui ne dort pas, chante d'une voix très douce et très lente à côté de ses bœufs. Roumanie du crépuscule et du soir, si nonchalante et si persistante, paysans qui semblez venir de très loin à travers les âges et qui gardez sous...
Page 99 - ... la retraite, et de la hardiesse virile qui va au-devant des hommes à la propre défiance qui se défend. Ibsen cesse de combattre corps à corps, il est au coin de la scène, où la porte de sortie est pratiquée ; de là, il frappe, il blesse, il ne combat plus Et le voici dans sa vieillesse, qui a la physionomie redoutable de l'ombre, la façon habituelle aux oiseaux de nuit : il a...
Page 99 - ... des yeux froids sous les lunettes d'or, et ce vaste buisson de cheveux et de barbe, broussailles où il a neigé, et où la bouche la plus amère semble prête à décocher une flèche de fiel. Qu'il lève la tête ou qu'il se retourne, quand il se croit regardé, l'homme sans liens aux autres hommes prend d'abord sa défense, qui est cet air dur où l'ennui timide se retranche et refuse l'accueil.
Page 408 - Ces feus vous fout dancer, chanter et rire : Les feus qu'Amour en l'âme vient lancer Au lieu de rire et chanter et dancer Me font languir et pleurer mon martyre. Un siècle encore, nous serons à la Guirlande de Julie, et un autre, aux blanches laitières en rubans de Trianon : c'est tout un. Un siècle encore, et nous pouvons tout à coup enjamber un espace qui n'est plus seulement de trois ou quatre siècles entre ce poète aux yeux, quand il pleure,
Page 78 - Dieu le bon usage des maladies, admirable morceau dont la lecture vous laisse profondément remué, où l'on ne sait ce qu'il faut le plus admirer, de la richesse et de la fermeté de la doctrine ou du lyrisme ardent du style.
Page 268 - ce nécromant en habit mal taillé, ce petit homme noir à la lèvre mince et rasée, à la physionomie de mauvais prêtre, d'un calme fantastique de psylle devant ses cobras, une touffe de crins au sommet d'un crâne dolichocéphale, médusant un orchestre fou, blême d'attention, presque rien que de ses yeux d'encre, aigus comme des langues de vipère et tenant en respect, excitant et apaisant les dragons déchaînés...
Page 444 - ... visionnaire de plus de santé, de force et de génie avec moins de raffinement que n'en comporte la vie très cadastrée d'aujourd'hui, un revenant des premiers âges amoraux et sincères, bref je ne sais quel témoin attardé de la création antédiluvienne et de l'enfance de la vie animale et humaine. Lui et peut-être Segantini, tout différents qu'ils soient l'un de l'autre,ont entre autres choses ceci, mais ils l'ont de commun.
Page 349 - ... les caractères ne le cèdent en rien à ces effigies frappantes, et il faut les voir évoluer au long de cette œuvre bariolée comme un mât de cocagne et salée comme les embruns. Les paysages ont la même sobriété haute en couleur, peints comme on peinturlure le bois sculpté à 1'emporte-pièce des proues de navire. Et l'on voit les grands bœufs roux mettre à l'eau les barques ou les remonter sur le sable; et l'on apprendrait rien qu'à démarquer les notes, comme je le fais en ce moment,...
Page 308 - Godelive sur une trame de motifs et de contremotifs qui est bien l'un des systèmes les mieux réfléchis, les plus logiques, les plus strictement serrés que je connaisse. Là se trouve toute la savante psychologie qui, dans le texte, manque parfois à l'exposition des mobiles qui déterminent les actes. La dualité de l'héroïne, femme et sainte à la fois, caractérisée en sa sainteté à côté de son motif féminin par un motif qui deviendra dans la suite la voix de...

Bibliographic information