Page images
PDF
[ocr errors][ocr errors]

Deux gouttes d'eau qui tendent à s'unir,
Admire cette sympathie ;

Elle ressemble à l'aiman du plaisir.
Incertaines & tremblantes,
Comme par excès de desir,

Elles suivent leurs douces pentès,
| A peine, chere amie, on les voit s'effleurer,
Qu'elles sont déjà confondues :
Lise, quelle leçon pour nos ames émues !
Connois le fruit charmant que tu dois en tirer-
*.

[ocr errors]
[ocr errors]

L E Parnasse abonde en portraits

Qui des belles flattent l'image ;

Chétifs, médiocres, parfaits, On en a de tout prix, de tout rang, de tout âge.

C'est de tout temps qu'à la beauté,

Du cœur on consacre l'hommage ;

Et de tout temps l'on a vanté Les attraits enchanteurs, l'éclat d'un beau visage.

[ocr errors][ocr errors]
[ocr errors][ocr errors][ocr errors][ocr errors][ocr errors][ocr errors]

Le vieillard Palémon, au printemps de son âge,
Etoit le coq qui charmoit le canton,
• Tous les plaisirs qu'on goûtoit au village,

[ocr errors][ocr errors][ocr errors][ocr errors][merged small][ocr errors][graphic]

Eblouis, j'y consens, & la terre & les cieux,
Je verrai l'univers dans ton cercle magique,
Sans jamais me joindre à la clique
De tes adorateurs honteux.
' % 3E %
Je brave tes rigueurs, je brave ta puissance ;
Tu ne peux m'arracher la pure jouissance
Que je goûte en mon propre cœur ;
Des amis vertueux, une amante chérie
Feront le charme de ma vie ,
Quand tu m'accablerois de toute ta fureur.
X - 2Y X
Je verrai d'un œil froid se former ton tonnerre ;
Sur un lit de verdure , auprès d'une bergère,
J'irai mépriser ton courroux
Oublier tout jusqu'à ton existence ;
Ciel! quel projet! en est-il de plus doux ?
Fortune, hâte - toi, punis mon arrogance,
Mon plus parfait bonheur doit naitre de tes coups.

[ocr errors][ocr errors]
« PreviousContinue »