Page images
PDF
[graphic][ocr errors]
[graphic]
[graphic]

].E RETOUR DES VACANCES VOYAGES EN ZIGZAGCHAMOUNIX, LOBERLAND, LE RIGHI.

[ocr errors]

Lorsque après une excursion de vingt-trois jours on rentre au logis, c'est une chose charmante que d'arriver; mais les premiers moments passés, c'est une chose bien peu charmante que d'être de retour. Voici toutes les habitudes ordinaires, toutes les règles de la vie, qui reviennent une à une prendre possession de votre personne; voici cette poussière des classes, que vous aviez secouée avec tant de bonheur, qui s'abat de nouveau sur vous et qui vous couvre de la tête aux pieds; voici Bourdon etLegendre, voici Noël et Chapsal, voici Blignièreset consorts, voici grammaires, vocabulaires, manuels, qui arrivent à la file pour vous complimenter, ravis qu'ils sont de vous revoir, c'est-à-dire de reprendre à votre égard leur petit train-train. Que c'est triste! et combien ces messieurs, tout aimables qu'ils sont, paraissent au premier moment maussades et importuns! Noël, que me veux-tu?Bourdon, va-t'en. Et vous, vocabulaires, tant par ordre de matières que par ordre alphabétique, que vous ai-je fait pour que vous veniez ainsi me tourmenter? Ah! bien plutôt, faites-vous un peu moins alphabétiques, et tous ensemble revolons aux montagnes!... Nous y apprendrons bien des choses que vous n'enseignez pas; nous y verrons bien des phénomènes dont vous ne savez que le nom; nous y respirerons à la lumière des cieux un air pur et parfumé; et nos âmes, que vous employez à se traîner de sujet en régime ou de lemme en corollaire, libres et affranchies, s'élèveront d'elles-mêmes à l'auteur des merveilles étalées sous nos yeux!... Mais Bourdon est incorruptible, Noël aussi, et un vocabulaire qui se laisse séduire par un écolier, c'est ce qui ne se voit pas. Et c'est bien heureux! car autrement, figurez-vous quelle vie feraient les écoliers! figurez-vous les vocabulaires méconnus; Bourdon et Legendre grimpant les Scheidegg tout essoufflés; Noël, Blignières et consorts jetés dans un précipice, pour en finir! Figurez-vous notre admirable civilisation, qui ne peut plus se passer, pour un instant seulement, de millions d'hommes apprenant dès le collége des centaines d'arts et de sciences, arrêtée, détruite, et le genre humain rebroussant à grands pas vers l'âge d'or! Car l'âge d'or, ce fut, à proprement parler, l'âge où l'on se passait de régime et de sujet, d'arts et de sciences, de lemme et de corollaires, de latin et même de français : la société cheminait sans cela, et sans vapeur aussi. Les pères et mères allaient, il est vrai, cueillir des fruits et traire les vaches; mais les grands-pères et les mères-grand demeuraient assis sous le porche des cabanes, et, quant aux enfants, ils s'élevaient sur le pré. L'hydraulique, c'était de boire aux sources; la grammaire, c'était de parler patois; l'algèbre, c'était de nombrer sur ses doigts; l'astronomie, c'était d'admirer le soleil et de compter les lunes; la mécanique, c'était de charger des gerbes sur ses épaules, et la botanique, de se couronner de fleurs. La physique, la chimie, l'archéologie, la numismatique, la paléographie, la dialectique, la politique, la rhétorique, la tactique, la plastique, la thérapeutique, l'apologétique, la linguistique, la critique, le classique, le romantique, les bitumes et les chemins de fer, c'était de tondre les moutons, de tisser la laine, de marcher devant soi, de s'asseoir à l'ombre, d'attendre les saisons, de laisser courir les rivières, d'adorer le bon Dieu, et de mourir de vieillesse après avoir vécu paisibles au sein d'une prairie ou sur la lisière d'un bois. C'est ce temps-là qui reviendrait bien vite si jamais les écoliers, égarés par leur instinct, venaient à jeter dans un précipice Noël, Blignières et consorts, pour s'emparer ensuite du gouvernement du monde. Mais, outre l'instinct, les écoliers lisent Télémaque, ils connaissent leur Bétique, ils ont pour eux Féne

lon !... C'est donc aux gouvernements d'y prendre garde, c'est aux maîtres et instituteurs de veiller aux intérêts de notre civilisation; c'est à Noël, à Blignièreset consorts de redoubler d'incorruptibilité et de ne pratiquer leurs fonctions qu'armés jusqu'aux dents et soutenus d'alguazils. Ceux qui ont lu, et vu surtout, notre précédente relation, savent que la

[graphic]
[graphic]
« PreviousContinue »