[graphic]
[graphic]

AVANT-PROPOS.

Es Elémens de Chymiethéorique , que j'ai donnés au Public, étant destinés à être lus par des personnes ausquelles je ne fupposois aucune connoiflance de la Chymie, ne devoient contenir que des principes fondamentaux , présentés de maniere qu'on passât toujours du simple au composé, du [connu à l'inconnu ; il ne convenoit pas par cette raison d'observer dans ce Livre l'ordre ordinaire de l'Analyse chymique, qui n'est pas susceptible de cette méthode. J'ai donc supposé toutes les analyses faites » & les corps réduits à leurs principes les plus simples, afin qu'après avoir reconnu les principales proTome U a

priétés de ces premiers Elémens; on pût les suivre dans leurs différentes combinaisons » & avoir en quelque forte des connoissances préliminaires fur celles des composés qui résultent de leurs unions.

II n'en est pas de même de l'Ouvrage que je présente aujourd'hui au Public: c'est un Livre de pratique, qui doit contenir la maniere de faire les principales opérations chymiques ; celles qui servent de modèle à toutes les autres, & qui lònt les preuves des vérités fondamentales énoncées dans la théorie.

Presque toutes ces opérations étant des analyses & des décompositions , il n'y avoit point à balancer fur Tordre qu'il falloit observer : il est évident que c'est celui de l'analyse même.

Mais tous les corps qui peuvent être le sujet des opérations chymiques , étant naturellement divisés en trois classes ou regnes, le minéral, le végétal, 6c Fanimal, it résulte aussi de-là trois divisions naturelles dans Fanalyse ; & elle devient susceptible de quelques différences par rapporté la maniere dont elle doit être distribuée.

Les raisons qui peuvent déterminer à commencer par un règne plutôt que par l'autre, n'ayant pas été bien discutées, & pouvant contrebalancer réciproquement» quand elles font envisagées dans un certain sens, les Auteurs qui ont donné des Traités de Chymie» pensent différemment les uns des autres fur cet article. Pour moi» fans entrer dans la discussion des motifs qui ont pû déterminer ceux qui ont suivi un ordre différent de celui que j'observe, je me contente d'exposer les raisons qui m'ont engagé à commencer par le regne minéral, à lui faire succéder la. végétal, & à finir par lanimal. Les voici.

La premiere, c'est que les végétaux tirant leur nourriture des minéraux, & les animaux tirant la • leur des tégétaux, les corps qui composent ces trois règnes paroisssnt produits les uns des autres par une espece de filiation qui leur assigne un rang naturel.

La seconde , c'est que cette disposition procure l'avantage de suivre les principes depuis leur source , qui est le regne minéral, jusque dans les dernieres combinaisons où ils peuvent entrer, c'est' à-dire, dans les matieres animales , & de remarquer les altérations qu'ils éprouvent successivement en paflànt d'un regne dans un autre.

La troisieme enfin , c'est que je regarde l'analyse des minéraux comme étant la plus facile de toutes, tant parcequ ils sont composés

« PreviousContinue »