Les hommes oubliés d'Océanie

Front Cover
Depuis déjà de longues années, nous avons virtuellement " doublé le Cap de Bonne-Espérance ". Aussi avons-nous éprouvé le besoin de jeter un regard sur notre passé de bourlingueurs, qui pendant plus de cinquante ans a été consacré à monter des expéditions ethnographiques en Australie et en Nouvelle-Guinée. En écrivant ce livre, nous avons souhaité faire partager, par le texte et par l'image, quelques-unes d'entre elles. D'abord notre séjour auprès d'un groupe de Pitjantjara après que Jacques eut rencontré un groupe d'Aranda dès 1951, au cours d'un voyage de reconnaissance qui déclencha sa vocation d'ethnologue. Puis la découverte des moeurs et des coutumes des hommes de la Wahgi, habitants des montagnes du centre de la Nouvelle-Guinée, difficilement accessible en 1960. En 1961, nous sommes allés tout d'abord près des sources du Sépik, le plus long fleuve de la Nouvelle-Guinée, à la découverte des Téléfolmins qui pratiquaient encore les rites du cannibalisme. Ensuite, nous avons rencontré les hommes du moyen Sépik, population d'artistes parmi les meilleurs de l'Art premier d'Océanie. Sur les traces de Malinowski, l'un des précurseurs de l'anthropologie, nous avons découvert les hommes des îles Trobriand, qui cinquante ans plus tard, en 1966, avaient encore gardé la plupart de leurs coutumes. Enfin, nous sommes partis en 1977 à la découverte des Asmats coupeurs de têtes en Irian Jaya (Nouvelle-Guinée indonésienne). Nous espérons que ce dernier livre contribuera à sauvegarder le souvenir des " Hommes oubliés d'Océanie " exemples d'une complexité humaine à la fois si éloignée et si proche de nous.

What people are saying - Write a review

We haven't found any reviews in the usual places.

Bibliographic information