Considérations sur les grandes opérations de la campagne de 1812, en Russie: des Mémoires sur les principes de la stratégie; de l'Examen raisonné des propriétés des trois armes; et d'un Mémoire sur l'artillerie

Front Cover
J.-B. Petit, 1842 - Military art and science - 451 pages
0 Reviews
 

What people are saying - Write a review

We haven't found any reviews in the usual places.

Selected pages

Other editions - View all

Common terms and phrases

Popular passages

Page 199 - Nil, font en vain des prodiges de valeur; aucun d'eux ne veut se rendre, aucun d'eux n'échappe à la fureur du soldat: ils sont tous passés au fil de l'épée ou noyés dans le Nil. Quarante pièces de canon, quatre cents chameaux, les bagages et les vivres de l'ennemi tombent entre les mains du vainqueur.
Page 196 - ... du général français. Notre cavalerie et notre artillerie ont fait des merveilles. La garde à cheval s'est surpassée ; c'est beaucoup dire. La garde à pied a été toute la journée l'arme au bras , sous le feu d'une épouvantable mitraille , sans* tirer un coup de fusil ni faire aucun mouvement ; les circonstances n'ont point été telles qu'elle ait dû donner. La blessure du maréchal...
Page 414 - Bonaparte avait annoncé, dès l'hiver, qu'il arracherait l'Italie à un ennemi, dont la corruption et l'imp'iritie du directoire avaient préparé les succès. Il fit tout ce qu'il avait promis, il le fit en moins de temps qu'il ne semblait donné à un homme de le faire. Ce qui eût été ostentation chez tout autre, n'était chez lui que le résultai du sentiment de ses forces, et de l'immense ascendant de son génie sur celui de ses adversaires.
Page 256 - Suisses s'offrirent de la voiturer à force de bras dans les endroits où les chevaux ne pourraient plus la traîner, ce qu'ils parvinrent à opérer avec beaucoup de succès.
Page 226 - Gésier, qui commandait la seconde ligne, voyant qu'il n'y avait là aucun laurier à cueillir, se tourna vers l'infanterie prussienne...
Page 226 - Nassau, qui commandait cette gauche, le temps de la faire passer à gué. Dès que M. de Nassau eut formé son aile, il donna sur ce qu'il y avait encore de cavalerie ennemie devant lui et la mit en déroute. Le général Polentz contribua beaucoup à ce succès; il s'était glissé avec son infanterie dans le village de Fegebeutel, d'où il enfilait la cavalerie autrichienne ; quelques décharges qu'elle reçut en flanc la mirent en confusion et préparèrent sa défaite.
Page 414 - Toute cette campagne est une suite de prodiges ; elle offre dans son ensemble le résultat de causes inconnues, j'oserai même dire sur-naturelles. Où trouver ailleurs l'exemple d'une expédition militaire, dans laquelle fut ponctuellement exécuté tout ce qui avait été résolu dans le cabinet ? La célérité avec laquelle furent opérées de si grandes choses, tient vraiment du merveilleux. Les opérations du premier Consul commencèrent le 18 mai ; elles étaient terminées le 15 juin. Bonaparte...
Page 196 - Sur celte mauvaise disposition de notre part, il en forma une bonne. Il fit avancer une de ses dernières lignes sur le front de la première, ensuite de quoi, en approchant du village, ce front qui le débordait s'étendit en potence sur le flanc du village , et le força fort aisément , parce qu'il n'y trouva pas de résistance dans le temps que les troupes soutenaient l'attaque de la tète. Tout ce désordre de la droite ne trouva point de remède dans la présence du général , ni même dans...
Page 226 - ... s'empara de 66 drapeaux. Un fait aussi rare, aussi glorieux, mérite d'être écrit en lettres d'or dans les fastes prussiens. Un général de Schwérin ( cousin de celui de...
Page 214 - Tout escadron qui ne peut aller deux mille > pas à toutes jambes sans se rompre, n'est » jamais propre à la guerre. C'est le point fon» damental : quand ils sauront cela, ils seront » bons, et le reste leur paraîtra facile.

Bibliographic information