Études sur le passé et l'avenir de l'artillerie: Tome ier-iie, Volume 1

Front Cover
J. Dumaine, 1846 - France
0 Reviews
 

What people are saying - Write a review

We haven't found any reviews in the usual places.

Other editions - View all

Common terms and phrases

Popular passages

Page 23 - Anglois, et, en effet, si ensemble se fussent mis, « ils eussent été plus puissants que les princes et les « nobles, et pour ce fut enjoint par le roi qu'on ces« sât », après de vives représentations des seigneurs et des nobles, dit le religieux de Saint-Denis.
Page 59 - Vers le milieu du xve siècle, paraissent sur la scène du monde trois grandes figures historiques qui, chacune, sous le point de vue politique comme sous le point de vue militaire, ont leur caractère particulier. Ce sont Louis XI, Charles le Téméraire et le peuple suisse. Louis XI représente le pouvoir royal domptant les grands vassaux, organisant de puissantes forces militaires, et cherchant à introduire dans le gouvernement et dans l'administration l'unité qu'il fallut encore plus de 300...
Page 283 - ... Jory, lorsque Henri IV, voulant déjouer ses projets, abandonne le siége de Dreux, et se présente en bataille sur la rive gauche de l'Eure près du village de Fourcanville. Le 13 mars, les deux armées s'observent à une lieue de distance dans la vaste plaine d'Ivry sans quitter leurs positions. L'armée de la Ligue avait quatre mille chevaux, douze mille fantassins et quatre bouches à feu. Henri IV n'avait que huit mille soldats d'infanterie, trois mille de cavalerie, six bouches à feu,...
Page 129 - francs d' estat ; en chaque partie du pays , il a com« missaires, comme lieutenans qui sont bien au « nombre de cinquante , et chascun desdicts commis« saires, dans ses pratiques, a huit cens francs « d'estat ; et quand l'armée marche , lesdicts com« missaires ont aultres commis sous eux où ils ont « regard ; et veulx bien donner ceste louange au roy, « qu'il n'ya prince au monde qui cela manie comme « luy, car il n'ya prince qui tienne la despense « ordinaire comme luy. » A la même...
Page viii - ... moins prompte, mais toujours régulière et graduée. Il ya filiation dans les idées comme dans les hommes, et les progrès humains ont une généalogie dont on peut suivre les traces à travers les siècles , comme on remonte vers la source oubliée des grands fleuves. C'est cette généalogie que je me suis appliqué à suivre et à décrire, et, la marche du progrès une fois bien constatée, j'ai cru sans trop de présomption pouvoir, en suivant son développement logique, indiquer quelle...
Page 205 - Il y avoit aussi de trois à quatre cens Anglois , lesquels estoient partis de leur pays à la conduite d'un milord , pour venir à la guerre pour leur plaisir , sans commandement , comme je croy , de leur...
Page 203 - Boulongne, avec d'autres nouveaux capitaines dressés au commencement de ces guerres, sans y comprendre aucuns braves soldats et jeunes gentilshommes de maison, lesquels y estoient pour leur plaisir et sans solde du roy : complet, de quinze à seize mille hommes , desquels estoient de neuf à dix mille...
Page vii - Depuis cette époque le perfectionnement de ces armes n'a pas cessé d'être l'objet des travaux de la science et de la sollicitude des gouvernements. Quelle est la série des progrès réalisés jusqu'à nos jours dans l'art de lancer des projectiles au moyen de la poudre ? Quelle influence ces progrés ont-ils exercée sur l'art de la guerre et sur la société elle-même?
Page 146 - Aussi légionnaires ne sont pas tenus ny repputez pour gens de guerre, ains sortent du labouraige pour s'affranchir des tailles en servant quatre ou cinq mois ou quelque aultre espace de temps ; et apportent certificat de leur service, que l'on appelle attestation du serviny, qui est enregistrée aux greffes des jurisdictions ausquelles ils sont subjects.
Page 32 - France nous envoie par devers vous et vous signifie qu'il est ci venu et arrêté sur le mont de Sangattes pour vous combattre; mais il ne peut voir ni trouver voie comment il puisse venir jusques à vous; si en at-il grand désir pour désassiéger sa bonne ville de Calais. Si a fait aviser et regarder par ses maréchaux comment il pourroit venir jusques à vous; mais c'est chose impossible.

Bibliographic information