Histoire de la découverte de la circulation du sang

Front Cover
Garnier Frères, Libraires, 1857 - Blood - 283 pages
 

What people are saying - Write a review

We haven't found any reviews in the usual places.

Other editions - View all

Common terms and phrases

Popular passages

Page 190 - Mais, sur toute chose, ce qui me plaît en lui, et en quoi il suit mon exemple, c'est qu'il s'attache aveuglément aux opinions de nos anciens, et que jamais il n'a voulu comprendre ni écouter les raisons et les expériences des prétendues découvertes de notre siècle, touchant la circulation du sang, et autres opinions de même farine.
Page 166 - ... ainsi que les parties de la flamme qui sort d'un flambeau ; en sorte qu'ils ne s'arrêtent en aucun lieu , et qu'à mesure qu'il en entre quelques-uns dans les cavités du cerveau , il en sort aussi quelques autres par les pores qui sont en sa substance, lesquels pores les conduisent dans les nerfs, et de là dans les muscles, au moyen, de quoi ils meuvent le corps en toutes les diverses façons qu'il peut être mû.
Page 165 - ... ce que je nomme ici des esprits ne sont que des corps, et ils n'ont point d'autre propriété sinon que ce sont des corps très petits et qui se meuvent très vite, ainsi que les parties de la flamme qui sort d'un flambeau...
Page 241 - Et souvent sur un tas d'inutiles écrits La dispute s'assied dans l'asile du sage. La contrariété tient souvent au langage; On peut s'entendre moins, formant un même son. Que si l'un parlait basque et l'autre bas-breton. C'est là, qui le croirait? un fléau redoutable; Et la pâle famine, et la peste effroyable N'égalent point les maux et les troubles divers Que les malentendus sèment dans l'univers.
Page 266 - Vitalis est spiritus, qui per anastomoses ab arteriis communicatur venis, in quibus dicitur naturalis. Primus ergo est sanguis, cujus sedes est in hepate, et corporis venis. Secundus est spiritus vitalis, cujus sedes est in corde, et corporis arteriis. Tertius est spiritus animalis, quasi lucis radius, cujus sedes est in cerebro, et corporis nervis. In his omnibus est unius spiritus et lucis Dei energia.
Page 166 - ... tous les mouvements que nous faisons sans que notre volonté y contribue (comme il arrive souvent que nous respirons , que nous marchons , que nous mangeons , et enfin que nous faisons toutes les actions qui nous sont communes avec les...
Page 167 - Après avoir ainsi considéré toutes les fonctions qui appartiennent au corps seul, il est aisé de connaître qu'il ne reste rien en nous que nous devions attribuer à notre âme, sinon nos pensées, lesquelles sont principalement de deux genres, à savoir : les unes sont les actions de l'âme, les autres sont ses passions. Celles que je nomme ses actions sont toutes nos volontés, à cause que nous expérimentons qu'elles viennent directement de notre âme et semblent ne dépendre que d'elle...
Page 165 - Enfin on sait que tous ces mouvements des muscles, comme aussi tous les sens, dépendent des nerfs, qui sont comme de petits filets ou comme de petits tuyaux qui viennent tous du cerveau , et contiennent ainsi que lui un certain air ou vent très-subtil qu'on nomme les esprits animaux.
Page 43 - Colombo, celui qui a le mieux combattu l'erreur de la cloison percée des ventricules ; enfin il venait de Padoue, où l'état de la question était connu de chacun, où tout ce qui avait été dit sur la circulation était su de tous. Le livre d'Harvey est un chef-d'œuvre. Ce petit livre de cent pages est le plus beau livre de la physiologie.
Page 194 - Valot dit que c'est le poumon et qu'il ya de l'eau dans la poitrine, des Fougerais dit que c'est un abcès du mésentère, et qu'il a vidé du pus, qu'il en a vu dans les selles, et, en ce cas-là, il a vu ce que pas un des autres n'a vu. Ne voilà pas d'habiles gens! Ce sont les fourberies ordinaires des empiriques et des médecins de cour, qu'on fait suppléer à l'ignorance.

Bibliographic information