Pajol: 1897-1811

Front Cover
Firmin Didot frères, fils, 1874 - France
0 Reviews
 

What people are saying - Write a review

We haven't found any reviews in the usual places.

Common terms and phrases

Popular passages

Page 182 - S'ils entrent en France, ils y trouveront leur tombeau. " Soldats ! nous avons des marches forcées à faire, des batailles à livrer, des périls à courir ; mais avec de la constance, la victoire sera à nous; les droits, l'honneur et le bonheur de la patrie seront reconquis ! " Pour tout Français qui a du cœur, le moment est arrivé de vaincre ou de périr.
Page 182 - Alors, comme après Austerlitz , comme après Wagram , nous fûmes trop généreux ; nous crûmes aux protestations et aux serments des princes que nous laissâmes sur le trône. Aujourd'hui cependant, coalisés entre eux , ils en veulent à l'indépendance et aux droits les plus sacrés de la France. Ils ont commencé la plus injuste des agressions ; marchons à leur rencontre : eux et nous , ne sommes-nous plus les mêmes hommes...
Page 182 - Rhin gémissent d'être obligés de prêter leurs bras à la cause des princes ennemis de la justice et des droits de tous les peuples. Ils savent que cette coalition est insatiable ! Après avoir dévoré douze millions de Polonais, douze millions d'Italiens, un million de Saxons, six millions de Belges, elle devra dévorer les Etats de deuxième ordre de l'Allemagne.
Page 394 - Liége a effectué sa jonction avec ceux qui ont combattu à Fleurus. (Ci-joint une réquisition qui le prouve.) Quelques-uns des Prussiens que j'ai devant moi se dirigent vers la plaine de la Chyse, située près de la route de Louvain, et à deux lieues et demie de cette ville.
Page 395 - Je ne vous indique pas de direction, c'est à vous à voir le point où nous sommes pour vous régler en conséquence et pour lier nos communications, ainsi que pour être toujours en mesure de tomber sur quelques troupes ennemies qui chercheraient à inquiéter notre droite, et les écraser. « En ce moment la bataille est gagnée sur la ligne de Waterloo, en avant de la forêt de Soignes.
Page 182 - Ils ont commencé la plus injuste des agressions : marchons donc à leur rencontre; eux et nous, ne sommes-nous plus les mêmes hommes? «Soldats! à léna, contre ces mêmes Prussiens, aujourd'hui si arrogaus, vous étiez un contre trois, et à Montmirail un contre six ! « Que ceux d'entre vous qui ont été prisonniers des Anglais , vous fassent...
Page 389 - Grouchy fera monter à cheval à cinq heures et demie du matin celui des trois autres corps de cavalerie qui sera le plus près de la route et lui fera suivre le mouvement sur Charleroi. Les deux autres corps partiront successivement à une heure d'intervalle l'un de l'autre; mais M. le maréchal Grouchy aura soin de faire marcher la cavalerie sur les chemins latéraux de la route principale que la colonne d'infanterie suivra, afin d'éviter l'encombrement; et aussi pour que sa cavalerie observe...
Page 395 - PS Une lettre qui vient d'être interceptée porte que le général Bulow doit attaquer notre flanc. Nous croyons apercevoir ce corps sur les hauteurs de Saint-Lambert; ainsi ne perdez pas un instant pour vous rapprocher de nous et nous joindre, et pour écraser Bulow, que vous prendrez en flagrant délit.
Page 394 - I! semblerait que ce serait à dessein de s'y masser ou de combattre les troupes qui les y poursuivraient, ou enfin de se réunir à Wellington, projet annoncé par leurs officiers, qui avec leur jactance ordinaire, prétendent n'avoir quitté le champ de bataille, le 16, qu'afin d'opérer leur réunion avec l'armée anglaise, sur Bruxelles. Ce soir, je vais être massé à Wavre. et me trouver ainsi entre Wellington, que je présume en retraite devant Votre Majesté, et l'armée prussienne. J'ai...
Page 394 - Louvain, et à deux lieues et demie de cette ville. 11 semblerait que ce serait à dessein de s'y masser ou de combattre les troupes qui les y poursuivraient, ou enfin de se réunir à Wellington, projet annoncé par leurs officiers, qui, avec leur jactance ordinaire, prétendent n'avoir quitté le champ de bataille, le 16, qu'afin d'opérer leur réunion avec l'armée anglaise sur Bruxelles. Ce soir, je vais être massé à Wavres, et me trouver ainsi entre Wellington, que je présume en retraite...

Bibliographic information