Relation impartiale du passage de la Berezina: par l'armée française, en 1812 ...

Front Cover
Chez Barrois l'aîné, 1815 - Napoleonic Wars, 1800-1815 - 48 pages
0 Reviews
Discusses the crossing of the Berezina River by the French Army during its retreat from the Soviet Union in 1812.
 

What people are saying - Write a review

We haven't found any reviews in the usual places.

Selected pages

Other editions - View all

Common terms and phrases

Popular passages

Page 42 - ... compatriotes, et que la mort avait frappés de différentes manières. Le sort de ces malheureux, au milieu de la mêlée des deux armées, fut d'être écrasés sous les roues des voitures ou sous les pieds des chevaux ; frappés par les boulets ou par les balles des deux partis ; noyés en voulant passer les ponts avec les troupes, ou dépouillés par les soldats ennemis et jetés nus sur la neige où le froid termina bientôt leurs souffrances.
Page 41 - ... à peindre. Elle est couverte de voitures et de fourgons, la plupart renversés les uns sur les autres et brisés. Elle est jonchée de cadavres d'individus non militaires, parmi lesquels on ne voit que trop de femmes et d'enfants traînés, à la suite de l'armée, jusqu'à Moscou, ou fuyant cette ville pour suivre leurs compatriotes, et que la mort avait frappés de différentes manières. Le sort de ces malheureux, au milieu de la mêlée des deux armées, fut d'être écrasés sous les roues...
Page 43 - Le 27 , vers trois heures aprèsmidi , son avant-garde était déjà À Studentzy , où son armée arriva peu après. Il fallait passer outre , et attaquer de suite le corps du duc dé Bellune.
Page 36 - OudL not , duc de Reggio , se mit en marche avec le deuxième corps , dont la division Dembrowski formait l'avant-garde. Les autres corps de l'armée le suivirent successivement. Le neuvième reçut ordre d'entrer dans Borisow.
Page 41 - French army suffered on this critical occasion ; a scene of horror -which is well described in the following extract : — ' La plaine assez grande, qui se trouve devant Weselowo, offrait le soir un spectacle dont 1'horreur est difficile a peindre.
Page 42 - Berezina, qu'on avait annoncé d'avance comme une répétition des fourches caudines, et qui aurait peut-être pu le devenir, sans une heureuse combinaison de circonstances qui en tira l'armée française; ou plutôt, l'auteur ne craint pas de le dire , sans les fautes graves que commit le général Wittgenstein.
Page 28 - StaroiBorisow , ne s'occupa ni de les faire revenir, ni 'de réunir les détachemens qui étoient sous ses ordres •
Page 37 - Aussitôt après l'empereur Napoléon passa avec sa garde, et se plaça sur une hauteur qui est sur la route de Zembin , à-peu-près à trois cents toises du pont.
Page 33 - Il est certain que le commissaire des guerres de cette place fut interpellé de fournir l'état des subsistances qui y étaient quand elle fut évacuée.
Page 41 - La position qu'il occupait n'était pas fort avantageuse ; sa droite était à la vérité appuyée à la rivière , mais sa gauche était en l'air , et son front n'était pas assez étendu pour atteindre un bois qui se trouvait là, et aurait pu le couvrir.

Bibliographic information