Relation de la bataille de Marengo: gagnée le 25 prairial an 8, par Napoléon Bonaparte, premier consul, commandant en personne l'armee française de reserve

Front Cover
De l'Imprimerie impériale., 1805 - History - 59 pages
0 Reviews
 

What people are saying - Write a review

We haven't found any reviews in the usual places.

Other editions - View all

Common terms and phrases

Popular passages

Page 47 - Aucun individu ne pourra être maltraité , pour raison de services rendus à l'armée autrichienne, ou pour opinions politiques ; le général en chef de l'armée autrichienne fera relâcher les individus qui auraient été arrêtés dans la république cisalpine pour opinions politiques, et qui se trouveraient dans les forteresses sous son commandement.
Page 46 - ... de bouche seront partagés ; moitié sera à la disposition du commissaire ordonnateur de l'armée française, et» moitié à celle du commissaire ordonnateur de l'armée autrichienne.
Page 42 - Cette manœuvre hardie s'exécute à l'instant, avec autant de résolution que d'habileté. Le général Kellermann se porte au galop hors des vignes , se déploie sur le flanc gauche de la colonne ennemie , et par un quart de conversion à gauche , lance sur elle la moitié de sa brigade , tandis qu'il laisse l'autre moitié en bataille pour contenir le corps de cavalerie ennemie qu'il avait en face et lui masquer le coup hardi qu'il allait porter. En même temps...
Page 46 - Les garnisons sortiront avec les honneurs militaires et se rendront, avec armes et bagages, par le plus court chemin, à Mantoue. 11. L'armée autrichienne se rendra à Mantoue par Plaisance en trois colonnes : la première, du 27 prairial au 1...
Page 36 - afin de prévenir et d'empêcher le ralliement des corps de l'armée française qu'il suppose en désordre. Cependant, pendant les quatre heures que notre armée mit à faire ce mouvement de conversion , elle offrit le spectacle le plus majestueux et le plus terrible. L'armée autrichienne dirigeait ses principales forces sur notre centre et sur notre gauche; elle suivait le mouvement de retraite de la première ligne , laissant à sa cavalerie le soin de déborder notre droite au-delà de Castel-Ceriolo.
Page 43 - L'armée française franchit en trois quarts d'heure le grand espace qu'elle avait défendu pendant quatre heur"es. La cavalerie ennemie pressée par le général Rivaud, fusillée des haies de Castel*Ceriolo , se hâte d'accourir au secours de son infanterie; l'ennemi se rallie, et arrivé à Ma* rengo , conserve le projet de garder ce village.
Page 40 - L'ennemi est abordé avec impétuosité , la mêlée devient terrible ; plusieurs braves succombent , et Desaix n'est plus : son dernier soupir fut un regret vers la gloire , pour laquelle il se plaignit de n'avoir pas assez vécu. Les regrets de BONAPARTE furent les premiers tributs d'honneur payés à sa mémoire ; sa division , passée aux ordres du général Boudet , jalouse de venger son général , charge avec impétuosité l'ennemi , qui , malgré sa vive détermination , ne pouvant tenir...
Page 35 - Carra-Saint-Cyr est établie dans Castel-Ceriolo , il ordonne à la première ligne la retraite , par échelons , la gauche en avant. Les échelons de gauche de la ligne exécutent ce mouvement au pas ordinaire, tandis que les échelons du centre le font au très-petit pas , et seulement après que les premiers ( ceux de gauche ) ont pris leur distance. . Le général ennemi apprécie mal cette manœuvre, et croit l'armée en pleine retraite, lorsqu'en réalité , elle ne fait qu'un mouvement de...
Page 16 - Mais pendant ce teznps , nous étions battus à Stockach et sur l'Adige. La France touchait à sa perte, retardée un instant par la victoire de .Zurich ; l'Italie était perdue ; et nos armées découragées , sans ensemble dans leur direction comme dans leurs mouvemens , avaient cessé d'être l'épouvante des ennemis du nom français. La guerre civile embrasait l'ouest et le. midi de la France; nos finances étaient dans le plus grand désordre ; les factions se déchiraient , et un Gouvernement...
Page 45 - L'armée de SMI occupera tout le pays compris entre le Mincio, la Fossa-Maestra , et le Pô; c'est-à-dire : Peschiera, Mantoue, Borgoforte, et, depuis là, la rive gauche du Pô; et à la rive droite , la ville et la citadelle de Ferrure. ART. 3. — « L'armée de SMI occupera également la Toscane et Ancône.

Bibliographic information