Histoire des campagnes d'Italie en 1813 et 1814: avec un atlas militaire

Front Cover
chez T. Egerton, Charing Cross [and] J. Booth, Duke Street, Portland Place, 1817 - Austria
0 Reviews
 

What people are saying - Write a review

We haven't found any reviews in the usual places.

Other editions - View all

Common terms and phrases

Popular passages

Page 221 - Soldats français ! de longs malheurs ont pesé sur notre patrie. La France , cherchant un remède à ses maux, s'est replacée sous son antique égide : le sentiment de toutes ses souffrances s'efface déjà pour elle dans l'espoir si nécessaire après tant d'agitations.
Page 212 - Et comment aurions-nous dû jamais nous méfier de leurs protestations? Leur souverain est allié par les liens du sang au grand homme à qui, lui et moi, nous devons tout; et ce grand homme est aujourd'hui moins heureux!... Confiant dans la parole des Napolitains, nous pouvions donc espérer que les efforts que nous avons faits jusqu'à présent ne seraient pas perdus, et que l'ennemi serait bientôt obligé de se retirer de nos frontières. « Peuples du royaume d'Italie! le cuirez-vous?
Page 219 - Les officiers du Génie et de l'Artillerie de ces places remettront aux Officiers Autrichiens nommés à cet effet, tous les papiers, plans et inventaires du Génie et de l'artillerie dépendants de ces places.
Page 219 - Royaume d'Italie, pour leur faire fournir les vivres, fourages, logement et moyens de transport; elle ne ponrrent rien exiger au delà. ' ART. 8. Une députation du Royaume d'Italie pourra se rendre au quartier général des alliés , et dans le cas où elle ne recevrait pas une réponse satisfaisante pour toutes les parties, les hostilités ne...
Page 202 - ... vous ne permettrez pas qu'on ose vous les ravir. Italie ! Italie ! Que ce nom sacré , qui autrefois produisit tant de merveilles, soit aujourd'hui votre ralliement. Qu'à ce nom vos jeunes guerriers se lèvent ; qu'ils accourent en foule , pour former autour de leur patrie un second rempart , devant lequel l'ennemi n'ose se présenter. Le brave est toujours invincible, alors qu'il combat pour ses foyers, pour sa famille, pour la gloire et pour l'indépendance de sa patrie. Forçons l'ennemi...
Page 201 - Vous en êtes d'autant plus présents à sa pensée, d'autant plus chers à son cœur. A peine ses mains victorieuses eurent-elles rétabli le trône de Charlemagne, que ce trône fut à jamais consolidé. Tous les Français jurèrent de le soutenir et de le défendre : ils ont été fidèles à leurs serments. » Mais ce que l'Empereur avait fait pour la France ne sufGsait pas à sa grande âme; les destinées de l'Italie ne pouvaient lui être indifférentes.
Page 211 - SOLDATS DE L'ARMÉE D'ITALIE! — Depuis l'ouverture de la campagne vous avez enduré de grandes fatigues, vous avez donné à l'ennemi de grandes preuves...
Page 212 - ... à mes paroles; mais votre incrédulité, à cet égard, que j'ai longtemps partagée avec vous, vous fait honneur. Ce nouvel ennemi, ce sont les Napolitains, qui nous avaient solennellement promis leur alliance. « La confiance dans leurs promesses les a fait accueillir en frères dans le royaume d'Italie, dont on leur a permis d'occuper plusieurs départements. Nous avons partagé avec eux nos vivres et nos munitions. Ils sont venus en frères, et dès lors leurs armes étaient préparées...
Page 219 - ... colonnes de l'armée françaises marcheront d'abord sur la route d'étapes prescrite , par la gauche du Pô , ce qui aura lieu également pour les troupes qui sont à Plaisance. Des commissaires et des officiers d'état major, français et autrichiens , vérifieront d'abord si les routes du mont Genèvre et du col de Tende sont , dans cette saison, praticables pour les troupes et pour l'artillerie , et dans ce cas l'armée française prendra cette route. Dans le cas contraire , cette armée passera...
Page 224 - Après ces longues preuves de mon dévouement •et de mon amour, je vous ai donné la marque la plus signalée d'une confiance portée jusqu'à l'aban•don. Je me suis séparé de mes amis naturels pour rester parmi les amis de mon choix... Mais de nouveaux arrangements politiques m'obligent à m'éloigner de vous, et rendent incertain l'accomplissement d'un vœu, qu'il me fut bien possible do laisser échapper une fois, quand vous l'aviez vous-même manifesté mille.

Bibliographic information