Geschichte des Feldzuges von 1814 in dem östlichen und nördlichen Frankreich bis zur Einnahme von Paris: als Beitrag zur neueren Kriegsgeschichte, Volume 3, Issue 1

Front Cover
Karl von Damitz
E. S. Mittler, 1843 - Napoleonic Wars, 1800-1815
0 Reviews
 

What people are saying - Write a review

We haven't found any reviews in the usual places.

Selected pages

Other editions - View all

Common terms and phrases

Popular passages

Page 501 - Je vous renouvelle, mön cher general, 1'assurance de mes sentiments, et je prie Dieu qu'il vous ait en sa sainte et digne garde, étant votre bien affectionné Charles Jean.
Page 216 - J'ai pris le parti de me porter sur la Marne et sur ses communications, afin de la pousser plus loin de Paris et de me rapprocher de mes places. Je serai ce soir à Saint-Dizier. Adieu mon amie.
Page 216 - Le 21, l'armée ennemie s'est mise en bataille pour protéger la marche de ses convois sur Brienne et Bar-sur-Aube. J'ai pris le parti de me porter sur la Marne et sur ses communications, afin de la pousser plus loin de Paris et de me rapprocher de mes places.
Page 501 - D'après l'exposé, queje viens de vous faire vous concevrez, mon cher Maréchal, que Je dois me borner à attendre l'exécution des traités Je ne puis me considérer ici seulement comme général, mais comme représentant un roi et une nation alliée. Par toutes ces considérations Je ne me trouve point en position d'aller relever personne...
Page 469 - Il m'est bien fâcheux que nous n'ayons pas pu défendre ce pont, et Votre Excellence peut voir, en calculant le temps, que la chose était impossible, l'infanterie n'étant partie de Soissons qu'hier vers le soir pour aller dans les quartiers.
Page 501 - Je ne perdrai pas un instant pour me porter à votre secours. La cause commune et votre gloire personnelle m'intéressent trop pour ne pas marcher en avant et vous soutenir, et vous devez penser que si cela arrive, Je dois reprendre les corps que les traités mettent directement sous mes ordres. L'amitié, que vous m'avez toujours témoignée...
Page 216 - L'ennemi m'ya attaqué à huit heures du soir le même jour, je l'ai battu et lui ai fait 4000 morts; je lui ai pris 2 pièces de canon et même pris 2 obusiers quittés.

Bibliographic information