Дипломатическія сношенія Россіи и Франціи: по донесеніям послов Императоров Александра и Наполеона : 1808-1812, Volume 3

Front Cover
Експедиція заготовленія государственных бумаг, 1905 - France
0 Reviews
 

What people are saying - Write a review

We haven't found any reviews in the usual places.

Selected pages

Contents

Other editions - View all

Common terms and phrases

Popular passages

Page 333 - jusqu'au dernier homme», plutôt que de souffrir qu'on augmente ce domaine polonais: car c'est attenter à notre existence. Que l'empereur "Napoléon donne ailleurs au roi de Saxe tout ce qu'il voudra, mais qu'il n'ajoute rien au grand-duché vers la Galicie. Pour en revenir à ce qui amène ces réflexions, continua M. de
Page 397 - ce que je vous ai déjà dit et ce que je vous répète: je suis sans ambition. L'empereur veut-il me donner des explications tranquillisantes, des assurances positives sur toutes ces tracasseries, veut-il laisser, à la paix, la
Page 346 - et expira peu de jours après. nuit. C'est un grand exemple pour tous nos généraux qu'un maréchal, déjà couvert de vingt-cinq blessures, qui se fait mutiler au champ d'honneur. Si vous avez occasion d'exprimer au duc de
Page 213 - La destruction de cette monarchie serait une calamité pour l'Europe, me dit SM, un malheur même pour notre alliance. Son gouvernement mérite une vigoureuse leçon; il faut qu'il la reçoive, mais il ne faut pas le détruire. Quant à la Russie, je vous parle franchement, me dit l'empereur: si la monarchie Autrichienne doit
Page 347 - toute la part que je prends à son glorieux malheur, vous me ferez plaisir». L'empereur me parla ensuite de la lettre de M. de Czernicheff: «Elle est en bons termes, me dit-il; pour lui en témoigner ma satisfaction, je l'ai nommé mon aide de camp. J'envie son
Page 347 - ces derniers à cause de la balance politique, mais, comme individu, je n'ai pas oublié 1805 et nous n'avons eu qu'à nous plaindre d'eux. ~Votre nation a de l'énergie; tous les hommes ont de l'âme, de l'amourpropre, de l'honneur: j'aime cela».
Page 3 - tenir les siens. Il ne faut pas, pour quelques écus arrachés à des gens qui sont déjà plus que ruinés, porter atteinte aux souvenirs que me laisse notre entrevue. Je vous l'ai dit, je vous le répète, ces
Page 73 - vos premiers armements, voulant éviter que vous ne portiez les choses au point où elles en sont venues. Je vous ai fait déclarer, sans y être obligé, que j'avais des engagements avec la France, et que j'y tiendrais, que rien ne m'en empêcherait. J'ai été loyal avec vous: l'avez-vous été avec moi? Moi, je n'ai changé en rien, et, si vous bougez, je
Page 332 - du commandement de sa division. Si je connaissais un traître dans l'armée de l'empereur, je le lui nommerais; j'espère donc qu'il agira de même avec moi. Je suis bien aise que cette circonstance me mette à même de prouver ostensiblement que mon parti est pris et que je marche franchement». M. de
Page 395 - connaissance de l'empereur. Il est trop politique, trop bon juge des intérêts des nations pour ne pas savoir que cet ordre de choses ne peut me convenir, ne le sût-il même pas par ce que je vous ai dit. Je vous ai parlé, général, avec toute confiance, aussi franchement qu'à l'empereur

Bibliographic information