Une Chouannerie flamande au temps de l'empire (1813-1814): Louis Fruchart, dit Louis XVII : d'après des documents inédits

Front Cover
A. Padone, 1905 - France - 364 pages
0 Reviews
 

What people are saying - Write a review

We haven't found any reviews in the usual places.

Other editions - View all

Common terms and phrases

Popular passages

Page 117 - J'ignore quels sont les desseins de Dieu sur ma race et sur moi ; mais je connais les obligations qu'il m'a imposées par le rang où il lui a plu de me faire naître. Chrétien, je remplirai ces obligations jusqu'à mon dernier soupir; fils de saint Louis, je saurai, à son exemple, me respecter jusque dans les fers; successeur de François Ier, je veux du moins pouvoir dire comme lui : « Nous » avons tout perdu, fors l'honneur.
Page 117 - Bonaparte avec ceux qui l'ont précédé ; j'estime sa valeur, ses talents militaires ; je lui sais gré de plusieurs actes d'administration, car le bien que l'on fera à mon peuple me sera toujours cher ; mais il se trompe, s'il croit m'engager à transiger sur mes droits.
Page 318 - Les citoyens qui , par leur savoir , leurs talens , leurs vertus, ont contribué à établir ou à défendre les principes de la république , ou fait aimer et respecter la justice ou l'administration publique.
Page 107 - Tournay et les faire mettre dans un séminaire; de faire fermer le séminaire ; d'envoyer les séminaristes qui ont moins de dix-huit ans dans les séminaires de l'ancienne France, et ceux qui ont plus de dix-huit ans à Magdebourg; de faire prêter aux...
Page 141 - Moulins le 17, àChâteauroux le 22, à Rouen et à Laval le 28, on affichait des placards ou l'on colportait des proclamations déclarant que les alliés combattaient pour les Bourbons et respecteraient les maisons des royalistes, et promettant, avec le retour du roi légitime, la paix, la suppression des droits réunis et l'abolition de la conscription.
Page 141 - France soit accueillie avec les accents de la joie. » — « Français, lisait-on dans une proclamation du prince de Condé, Louis XVIII, votre légitime souverain, vient d'être reconnu par les puissances de l'Europe. Leurs armées victorieuses s'avancent vers vos frontières... Vous aurez la paix et le pardon. L'inviolabilité des propriétés sera consacrée, les impôts seront diminués, vos enfants seront rendus à l'agriculture et remis dans vos bras...
Page 359 - qu'il a fait partie du corps d'armée sous mon commande« ment, et qu'il ya donné des preuves de fidélité, de zèle et « de son dévouement pour le service de Sa Majesté. « En foi de quoi nous lui avons fait expédier le présent « certificat, que nous avons...
Page 307 - Il est de la plus haute importance d'assurer nos lignes de communications avec les Pays-Bas; ce qui ne peut se faire qu'en occupant Compiègne et La Fère. Vous voyez donc la nécessité de s'emparer au plus tôt de Compiègne.
Page 24 - Le crime de rébellion armée à la force armée, celui de contrebande armée, le crime de fausse monnaie, et les assassinats, s'ils ont été préparés par des attroupemens armés, seront jugés par les mêmes juges et dans les mêmes formes. 217 555. Si parmi les prévenus de crimes spécifiés en l'article 553, et...
Page 58 - ... généreux but, de rejoindre vos bataillons, que votre élan soit prompt, spontané, que l'ennemi en soit déconcerté, c'est le moyen le plus sûr d'atteindre à cette paix si désirée qui est le vœu le plus cher de Sa Majesté, puisqu'elle lui permettra d'assurer à jamais le bonheur de son peuple. S'il pouvait se trouver parmi vous d'infâmes séditieux qui cherchassent à vous égarer, en vous empêchant d'obéir à la voix de vos magistrats, gardez-vous d'écouter leurs perfides conseils....

Bibliographic information