Histoire de la guerre de la Péninsule sous Napoléon: précédée d'un tableau politique et militaire des puissances belligérantes, Volume 1

Front Cover
Baudouin frères, 1827 - France
1 Review
 

What people are saying - Write a review

User Review - Flag as inappropriate

GUERRA DE LA INDEPENDENCIA

Other editions - View all

Common terms and phrases

Popular passages

Page 174 - L'insurrection partait du peuple. Tout ce que produit la conviction populaire porte en soi le caractère de la grandeur. Aussi la guerre de la Vendée a revêtu d'une splendeur incomparable quelques pages de notre histoire. On n'a vu nulle part ailleurs tant de noble vaillance et une pareille unanimité de dévouement.
Page 154 - I1 ordonnée , mal outillée , il se plaça de prime abord plus haut que Turenne , et à côté de Frédéric; et la campagne de France en 1814, où , réduit à une poignée de soldats harassés , il combattait à un contre dix. Les dernières lueurs de la foudre impériale éblouissaient encore les yeux de nos ennemis , et il faisait beau voir comme les élans du vieux lion pourchassé, resserré, traqué, retraçaient au vif les jours de sa jeunesse où il s' épanouissait dans les champs du carnage.
Page 64 - ... ne pouvait pas toujours fournir à leurs besoins, et ils eussent cru s'avilir en prenant part au pillage tant ils avaient le cœur haut placé ! Etrangers aux jouissances d'amour-propre de l'officier général, exempts de l'ivresse du soldat, ces martyrs du patriotisme vivaient de cette vie morale qui se consume dans la résignation du devoir. Une mort à peu près certaine les attendait loin de la patrie, et le nom de la plupart d'entre eux devait rester ignoré. Que de beaux caractères dans...
Page 48 - C'était la fleur de la population, c'était le plus pur sang de la France. Pendant les huit premières années de la révolution, l'enrôlement, l'appel des bataillons de volontaires, les levées partielles et la grande réquisition versèrent plus d'un million d'hommes dans les camps. En 1798, la loi de la conscription fut portée pour être dans les siècles le palladium de notre indépendance : loi excellente quand même elle ne serait pas nécessaire, parce qu'en mettant la nation dans l'armée...
Page 28 - Moreau vivait ; sa vie était pure alors et sa gloire entière. Général d'inspiration, il fut le premier de l'époque dans l'art de faire combattre une quantité limitée de troupes sur un terrain donné. Mais son caractère n'était pas au niveau de son talent. On l'avait vu, confiant jusqu'à la faiblesse, aider au 18 brumaire; peu de temps après son nom servait de ralliement aux ennemis de cette journée. Parmi ces derniers , mais marchant seul dans des voies patriotiques et modestes, était...
Page 253 - Depuis la révolution de 1688 jusqu'au moment où nous écrivons, pas un catholique romain n'est devenu ollicier-général au service d'Angleterre. LE Roi , en vertu de sa prérogative , peut destituer tout officier , même celui qu'une Cour martiale viendrait d'acquitter; mais il y a loin du droit au fait : l'esprit général de la législation protége encore l'Anglais qui vit hors de la loi commune. La direction des procédures militaires est confiée à un corps de magistrats civils. Leur chef,...
Page 154 - Napoléon possédait à un degré éminent les facultés du métier des armes : tempérant et robuste, veillant et dormant à volonté, paraissant à l'improviste où on l'attendait le moins, il ne dédaignait pas les détails auxquels se rattachent parfois des résultats importants. Souvent la main qui venait de tracer des règles pour le gouvernement de plusieurs millions d'hommes, rectifiait l'état de situation inexact d'un régiment, ou écrivait d'où l'on devait tirer deux cents conscrits,...
Page 157 - ... trompeuse science des conquérants. Napoléon, quoique naturellement aventureux, ne manquait ni de suite, ni de méthode, et n'usait ni ses soldats, ni ses trésors là où suffisait l'autorité de son nom. Ce qu'il pouvait obtenir par les négociations ou par la feinte, il ne le demandait pas à la force des armes. L'épée tirée du fourreau ne fut ensanglantée que lorsqu'il était impossible d'arriver au but par une manœuvre. Toujours prêt à combattre, habituellement il choisissait l'occasion...
Page 109 - Eussiezvous un eoup-d'œil plus rapide et un éclat de détermination plus soudain que le coursier emporté au galop , ce n'est rien , si vous n'y joignez la vigueur de la jeunesse , de bons yeux, une voix retentissante , l'adresse d'un athlète et l'agilité d'un centaure. Avant tout, il faudra que le ciel vous ait départi avec...
Page 158 - ... renfermer dans les limites de l'art de la guerre. Cet art ne se compose pas seulement de détails techniques, il a aussi sa philosophie. Pour trouver dans cette région élevée un rival à Napoléon , il faudrait remonter aux temps où les institutions féodales n'avaient pas encore rompu l'unité des nations antiques. Les seuls fondateurs de religion ont exercé sur leurs sectaires une autorité comparable à celle qui le rendit maître absolu de son armée. Cette puissance morale lui est devenue...

Bibliographic information